Google va acheter toute la production énergétique d'un champs d'éoliennes en Suède, et aura le droit d'utiliser sans surcoût le même volume d'énergie pour son data center de Hamina, en Finlande.

En matière énergétique, l'écologie est souvent synonyme d'économies, ce qui permet de joindre l'utile à l'agréable. Google l'a bien compris, et a annoncé sur son blog la signature d'un accord qui lui permettra d'alimenter son data center finlandais grâce à un champs d'éoliennes construit dans le nord de la Suède/ Il permettra de dégager 72MW grâce à des turbines de 3MW chacune.

Outre l'aspect écologique induit par l'utilisation d'une énergie renouvelable, le projet est intéressant dans ses composantes économiques. Pour construire son champs d'éoliennes à Övertorneå, la société O2 qui gérera le parc devait en effet apporter des garanties de financement à la filiale d'investissement de l'assurance Allianz, qui en deviendra propriétaire lors de sa mise en service en 2015. Pour y parvenir, O2 et Allianz ont donc signé un contrat d'exclusivité avec Google, par lequel la firme de Mountain View s'engage à acheter la totalité de la production sur les 10 prochaines années.

Mais techniquement, le data center ne sera pas alimenté directement par le champs d'éoliennes, situé à plus de 650 km à vol d'oiseau. Google tire profit du mécanisme de compensation permis par le marché énergétique scandinave, qui lui permet d'acheter la production d'énergie renouvelable réalisée en Suède, avec un certificat sur l'origine de son achat, et de dépenser une énergie équivalente en Finlande. Peu importe alors que la production réellement utilisée provienne d'une centrale traditionnelle polluante.

Ainsi, Google se met à l'abri des fluctuations du prix de l'énergie, puisqu'il ne paiera jamais plus cher que ce qu'il paye à O2 pour acheter l'énergie éolienne que quelqu'un d'autre que lui utilise. Malin.

La firme rappelle que ces dernières années, Google a dépensé plus d'un milliard de dollars dans les projets d'énergie renouvelable, aux Etats-Unis, en Allemagne et en Afrique du Sud. Il utilise également l'argument écologique pour mieux vendre ses solutions de cloud.

Le data center de Google à Hamina, en Finlande :

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos