Chaque année recordman du nombre de titres diffusés sur les ondes radios, Jean-Jacques Goldman était jusqu'à présent absent des plateformes marchandes en ligne qu'il défendait. Après des années de bataille, ses albums sont enfin arrivées sur Internet.

C’était un bug dans le beau discours des majors du disque, des plateformes et du ministère de la Culture. Tous voulaient convaincre le public que l’offre en ligne légale valait l’offre dite « illégale » des réseaux P2P, mais la discographie du premier auteur-compositeur français n’était jusque là disponible que gratuitement. Faute d’avoir trouvé un accord avec ses maisons de disques qui lui donne pleine satisfaction sur les royalties versés pour chaque téléchargement, Jean-Jacques Goldman faisait obstacle à son entrée dans les bacs virtuels.

Un accord a semble-t-il finalement été trouvé puisque la discographie complète du chanteur est désormais accessible sur les plateformes dites « légales », des Années Warner au live Un tour ensemble. Les morceaux sont vendus toutes plateformes confondues au prix classique de 99 centimes par chanson, tandis que les albums simples sont vendus 9,99 euros et les doubles 19,98 euros. Seule note dissonnante, Apple sur son iTunes Music Store n’a pour le moment mis en ligne que 8 albums sur les 17 proposés par Fnac.com ou Virginmega.

Ceux qui avaient dans leurs placards les disques vinyles achetés dans les années 1970 pourront donc se procurer à nouveau toute la discothèque de Goldman en fichiers numériques, en toute légalité. Cette légalité coûtera plus de 220 euros pour acquérir l’ensemble des albums de Jean-Jacques Goldman.

Plus que 9780 euros pour remplir un iPod de base…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés