Musicwave, start-up française devenue géant de la musique sur mobile, officialise le forfait de musique illimité distribué sur SFR et limité au catalogue d'Universal Music France.

Ils l’avaient annoncé lors du MIDEM et c’est désormais officiel. L’accord entre Musicwave et Universal Music France, qui porte sur 80.000 titres du catalogue de la major française, est désormais étendu au monde entier.

Le service, actuellement offert en France par SFR, permet aux abonnés 3G de télécharger autant de morceaux qu’ils le souhaitent pour 14,90 euros par mois. Il faut toutefois posséder un mobile compatible avec le DRM imposé, c’est-à-dire un Nokia 6630, 6680 ou N70. « L’arrivée à grande échelle de la 3G, couplée à la demande croissante des consommateurs pour des services de musique de grande qualité, mettent en place le décor d’une adoption massive des contenus mobiles en 2006« , prédit Nicolas Pelletier, vice-président de Musicwave. « Un service mobile de musique sur abonnement servi par Musicwave permet aux opérateurs de proposer une expérience musicale convaincante avec un modèle de prix attractif pour toutes les parties« , ajoute-t-il.

Musicwave gère les plateformes de musique mobile de 20 opérateurs dans le monde, et annonce être en négociation avec d’autres majors de l’industrie du disque pour étendre son catalogue sur abonnement.

Mais est-ce ce que souhaitent les artistes qui viennent avec succès de faire pression pour faire tomber la licence globale ?

Sur le site lestelechargements.com, mis en place par le gouvernement avec le co-financement de la Sacem et de la SACD, Calogero critique la qualité sonore qui n’a jamais été aussi mauvaise, notamment à cause des téléphones portables. « Dans les années 1980 les gens aimaient bien avoir un confort d’écoute, maintenant c’est le contraire« , regrette l’artiste. « Les gens aiment bien avoir leur téléphone où le son est pourrave. C’est même pas la peine de se casser le cul en studio à mettre des sons avec des amplis à lampe, des vieux amplis, des guitares… ça sert à rien si c’est pour que ce soit réduit après dans des téléphones« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés