La machine à billets continue de fonctionner à plein régime dans les maisons de disques et chez les opposants de la licence globale. Le Snep, qui défend les intérêts des majors de l'industrie du disque, a acheté toute une série de mots clés sur Google pour faire passer son message.

Le Snep fait de la pub sur Ratiatum ! C’est avec surprise que nous avons découvert samedi matin une publicité pour le site du Snep disqueenfrance.com. Elle est arrivée via les publicités contextuelles de Google Adsense, visiblement avec la combinaison des mots « téléchargement » et « musique », qui font tous deux références sur Ratiatum à des contenus légaux.

La page sur laquelle renvoie ces publicités est celle-ci (nous n’enverrons pas de facture au Snep pour cette publicité gratuite). Résolument orientée contre la licence globale, la page sert parfaitement la propagande des industries du disque, jusqu’à expliquer « pourquoi les DRM ne sont pas le diable« . Cette page a d’ailleurs un ressor plutôt comique, avec en dernière question de l’internaute imaginaire : « Au bout du compte, j’ai vraiment l’impression qu’on a diabolisé les DRM comme on a pu diaboliser les inventions au moyen-âge« . Réponse du Snep : « C’est vous qui le dites !« . Une FAQ semblable pourrait facilement être réalisé pour conclure sur la même question, légèrement retournée : « Au bout du compte, j’ai vraiment l’impression qu’on a diabolisé le P2P comme on a pu diaboliser les inventions au moyen-âge« .

D’après nos recherches, le Snep a acheté sur Google les mots clés suivants (liste probablement non exhaustive) :

  • P2P
  • Peer to peer
  • DADVSI
  • Projet de loi
  • Droit d’auteur
  • Copie privée
  • Téléchargement musique

Tous ceux qui la semaine prochaine chercheront à s’informer sur le projet de loi du gouvernement seront donc dirigés vers le site du Snep.

Ce soir, à l’occasion des Victoires de la Musique, EUCD.info et Framasoft distribueront 5000 exemplaires multicolores d’un tract destiné aux artistes. « Le ministre de la Culture veut déplacer le débat sur le piratage et la ‘licence globale’ pour mettre les artistes de son côté« , expliquent les organisateurs. « Nous désirons pour notre part expliquer à ces artistes le danger que constituent pour eux-mêmes ces DRM, qui loin de les protéger, les priveraient de leur public. Rendez-vous est donc pris au Zénith le samedi 4 Mars à 18h pour distribuer des tracts multicolores que les organisateurs demanderont aux invités aux Victoires de la Musique de brandir en masse devant les caméras« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés