L'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) a confirmé lundi la mise en place prochaine de son dispositif de mesure de la qualité de services des FAI, qui repose toutefois principalement sur les mesures réalisées par un prestataire sélectionné par les opérateurs eux-mêmes. Les tests réalisés par les internautes ne serviront qu'à identifier les incohérences les plus flagrantes.

Ce n'est pas parfait, loin s'en faut, mais c'est un début. Alors que le débat sur la neutralité du net reprend de la vigueur avec le traitement réservé par Free à YouTube et aux publicités du réseau Google, l'Arcep a annoncé lundi la mise à place de son dispositif de mesure et de suivi de la qualité des services fixes d'accès à internet. L'outil est censé apporter une mesure plus objective des qualités de service proposées par les différents FAI, que celles réalisées par le M-Lab en partie via des serveurs de tests appartenant à Google, ou par des plateformes à la représentativité limitée.

Néanmoins, le protocole déterminé par l'Arcep et décrit dans sa décision du 29 janvier 2013 (.pdf) n'est pas exempt de toutes critiques. Il repose en effet sur deux parties, dont la principale est prise en charge par les opérateurs eux-mêmes, qui auront le choix de leur prestataire de service et pourront optimiser leurs réseaux pour répondre aux besoins spécifiques des tests.

Un cahier des charges a été préparé à cette fin par le comité technique composé des opérateurs, d'associations d'utilisateurs (UFC-Que Choisir, Quadrature du Net et AFUTT), et d'experts issus de l'INRIA et de l'AFNIC, et l'appel d'offres sera lancé par les opérateurs dans les prochains jours.

Les mesures opérées par les FAI seront "réalisées à partir de lignes dédiées aux tests, dans un environnement technique et des conditions permettant d’assurer un haut niveau de comparabilité entre les opérateurs, et une représentativité suffisante de la variété des conditions techniques d’accès au réseau", indique le régulateur, qui a identifié sept indicateurs de performance :

  1. Le débit descendant (download) ;
  2. Le débit montant (upload) ;
  3. Le temps moyen de chargement de pages web mesuré à partir d'un panel de sites préalablement sélectionnés ;
  4. La qualité de visionnage de vidéos en ligne d'après un panel de plateformes présélectionnées ;
  5. La vitesse de téléchargement en P2P ;
  6. Le temps de latence ;
  7. Le niveau de perte des paquets.

Par ailleurs, ces tests qui seront réalisés séparément pour la fibre optique, le câble et l'ADSL, seront complétés par des "tests initiés par des utilisateurs volontaires", à partir d'un site internet mis à disposition par l'Arcep. Ces tests en situation réelle ne serviront toutefois qu'à "vérifier la cohérence et la représentativité des mesures principales" réalisées par les FAI.

Les premières mesures devraient être rendues publiques en décembre 2013.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés