Après plusieurs mois de négociations infructueuses, YouTube et la SACEM ont finalement trouvé un terrain d'entente. Un nouveau contrat de licence permet de déterminer la répartition des gains générés par la publicité au sein des clips jusqu'à fin 2015. Il est en outre rétroactif jusqu'au 1er janvier, afin de prendre en compte les vues et les vidéos mises en ligne pendant cette période.

En 2010, Google et la société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM) ont signé un accord rétroactif fixant la répartition des gains engendrés par la publicité diffusée dans les clips hébergés sur YouTube. Le contrat, prévu pour durer jusqu'à fin 2012, réglait ainsi la question des vidéos mises en ligne depuis le lancement de la plateforme américaine.

L'échéance approchant, Google et la SACEM ont naturellement ouvert de nouvelles discussions afin de prolonger le contrat pour trois nouvelles années. Seulement, les négociations se sont révélées plus difficiles que prévu. Et finalement la date du 31 décembre 2012 est passée sans qu'aucun arrangement ne soit trouvé. Google et la SACEM se sont alors lancés dans un bras de fer temporaire.

À l'expiration du contrat signé en 2010, Google a suspendu le versement des gains auparavant réservés aux ayants droit. L'entreprise américaine estimait en effet ne plus avoir à partager ses revenus publicitaires, faute d'accord. Agacé par l'attitude de la firme de Mountain View, le stratège numérique qu'est Pascal Nègre a alors menacé de retirer tous les clips appartenant à Universal Music

En fin de compte, Universal Music n'aura rien retiré du tout. En revanche, Google et la SACEM ont trouvé un terrain d'entente. Le nouvel accord, rétroactif jusqu'au 1er janvier 2013, durera jusqu'à fin 2015. Ensuite, il faudra que les deux parties retournent une nouvelle fois à la table des négociations. Selon Les Échos, l'accord porte sur toutes les œuvres gérées par la SACEM (62 millions) et couvre 27 pays dans le monde.

Pour la filière musicale, le partenariat avec YouTube est indispensable. Le site d'hébergement est en effet la première destination des internautes souhaitant regarder des vidéos, avec plus d'un milliard de visiteurs chaque mois. Impossible de composer sans, surtout que les clips musicaux sont les contenus les plus recherchés sur la plateforme.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés