Après l'affaire des rootkits présents dans les protections anti-copie des CD de Sony BMG, voici que l'on apprend la présence de rootkits sur les logiciels de copie Alcohol et Daemon Tools...

Mark’s Sysinternals Blog vient de révéler dans une étude plutôt technique que les logiciels de gravure et d’émulation Alcohol et Daemon Tools utilisent des rootkits, ces mécanismes qui permettent d’exécuter du code sans être repéré par l’utilisateur.

Un rootkit est en effet un programme, ou un ensemble de programmes qui exploitent une faiblesse d’un système d’exploitation au risque d’ouvrir une faille permettrant l’accès au système de l’ordinateur à des pirates, virus ou autres chevaux de troie.

Le rootkit de Sony BMG a fait scandale, car sous couvert d’empêcher des copies par ailleurs légales, il ouvrait des failles de sécurité importantes dénoncées notamment par l’EFF. Mais dans le cas des deux logiciels qui nous occupent aujourd’hui, les rootkits pourraient servir à détourner ces protections anti-copie telles que Starforce, Securom ou Safedisc. En effet, les systèmes de protection deviennent de plus en plus perfectionnés et détectent très facilement la présence de logiciels d’émulation. C’est ici que le rootkit intervient. Ce dernier dissimule la présence du logiciel pour contourner les systèmes de détection. D’ailleurs les utilisateurs du logiciel Rootkit Revealer se sont aperçus du problème il y a bien longtemps…

Après nous avoir donc révélé la vérité à propos des CD Sony, Mark’s Sysinternals Blog vient une nouvelle fois de faire bouger tout le petit monde d’Internet en montrant que le danger était simplement là, sous nos yeux. Comment les développeurs respectifs de ces logiciels vont-ils toutefois réagir ? Comment vont-ils se justifier alors que Sony a affronté une tornade de protestations lorsque son propre rootkit a fait surface ? Nous en saurons probablement plus dans quelques jours.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés