Dailymotion plaide pour un assouplissement des règles en vigueur avant de lancer une offre de vidéo à la demande avec abonnement (SVOD) dans l'Hexagone. Sans les évoquer directement, l'hébergeur vidéo pointe du doigt le décret SMAD et la chronologie des médias.

TF1 n'est clairement pas la seule entreprise à pester contre les obligations pesant sur les acteurs français désireux de lancer une offre de vidéo à la demande avec abonnement (SVOD). Dailymotion juge également que le cadre réglementaire actuel empêche l'émergence d'un véritable marché, au point que la plateforme de vidéos doit se tourner vers l'international en attendant.

Ainsi, au détour d'un communiqué annonçant d'abord le lancement d'une offre de SVOD en Turquie, l'hébergeur français a rappelé son désir de développer les mêmes formules dans l'Hexagone… à condition que la réglementation s'assouplisse effectivement.

En l'état actuel des choses, il est possible de lancer une offre SVOD, mais celle-ci doit satisfaire les conditions du décret SMAD (services de médias audiovisuels à la demande) en matière de déontologie, de protection des mineurs, de promotion des oeuvres et de production des oeuvres. C'est à dire de financement. En outre, la chronologie des médias ne permet pas de profiter de films sortis il y a moins de 3 ans.

Dailymotion rappelle toutefois quelques initiatives, comme le lancement d'une offre SVOD sans engagement destinée aux enfants. Baptisée Kids+, elle donne accès à un millier d'épisodes de dessins animés pour 4,49 euros par mois.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés