Richard Stallman, fondateur de la GNU et de la Fondation du Logiciel Libre (FSF), était interviewé lundi par LinuxP2P.com sur son rapport au Peer-to-Peer. Sans surprise, le soixante-huitard du net dénonce l'industrie et encourage le partage des oeuvres.

« Les gens ont le droit de partager des œuvres publiées ; les programmes P2P sont simplement un moyen de le faire plus efficacement, et ça c’est une bonne chose« , amorce Stallman, connu comme le gourou du logiciel libre et l’iniateur de la licence GPL, qui a permis à Linux d’atteindre son niveau de développement actuel. Rappelant que le droit d’auteur se dit « copyright » (droit de copier) en anglais, et non « intellectual property », terme largement usité en substitution par l’industrie culturelle, Richard Stallman juge que « si les lois de copyright interdisent aux gens de partager, la loi sur le droit d’auteur est mauvaise« .

Fidèle à ses vues extrêmes, Stallman souhaite la mort des majors de l’industrie du disque. « Elles méritent d’être abolies, et ça devrait être le but de chacun« , scande-t-il. « Lorsque les éditeurs décrient les œuvres qu’ils publient comme du ‘contenu’, faisant en effet référence à ces œuvres comme de simples substances de remplissage, ils montrent ironiquement comment ils les considèrent et les apprécient peu comme des œuvres de l’intellect« . Même les Creative Commons en prennent pour leur grade, elles qui se voulaient pourtant les GPL de l’artistique. « Je ne peux pas soutenir l’ensemble des Creative Commons, parce que certaines de leurs licences ne sont pas acceptables« , juge Stallman. Il fait référence aux licences pour les pays en voie de développement, qui maintiennent le plein copyright dans les autres pays, et à la licence Sampling, très restrictive.

Plus surprenant vue son opposition farouche aux DRM, Stallman considère iTunes « éthiquement acceptable », du fait qu’une copie sur CD est possible. Mais prévient-il, « Apple dit qu’il se réserve le droit de changer les règles à tout moment« . Il incite donc les clients d’iTunes à réaliser systématiquement une copie sur CD, avant qu’Apple ne change d’avis.

Ce qui est sûr pour Richard Stallman, c’est que les plateformes légales ne feront pas disparaître le P2P. Croire le contraire, ce serait comme se demander « maintenant que nous avons Fox News, avons-nous vraiment besoin des blogs ?« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés