Croyant diffuser à ses élèves un dessin animé qu'elle avait téléchargé illégalement sur Internet, une enseignante a en fait montré un film pornographique à des enfants de 3 à 5 ans. Une erreur qui s'explique par la façon dont fonctionne le logiciel eMule, qui a certainement été utilisé par l'enseignante.

Double boulette. L'AFP raconte qu'une enseignante de l'école maternelle des Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen, en Seine-Maritime, a diffusé par erreur en salle de classe un film pornographique, vu par des enfants de 3 à 5 ans. L'enseignante pensait "diffuser un dessin animé qu'elle avait au préalable téléchargé sur internet", raconte l'agence de presse, qui révèle ainsi au passage que la dame avait piraté le film qu'elle voulait projeter aux enfants.

Les maternelles ont vu les images "cinq minutes au plus", tente de rassurer l'Académie de Rouen qui parle toutefois d'un "incident extrêmement regrettable". Alors qu'elle n'avait pas vérifié le contenu, l'enseignante a lancé le film puis s'est absentée de la salle de classe pour répondre au téléphone.

Techniquement, l'erreur est totalement compréhensible. En effet, sur le logiciel de P2P eMule, qui se base sur le protocole eDonkey, les fichiers à télécharger sont identifiés par une signature unique, dite "hash", qui reste le même quel que soit le nom donné au fichier par ceux qui le partagent. Un même fichier peut ainsi avoir plusieurs noms. Le nom des fichiers est utilisé, en revanche, pour enrichir le moteur de recherche interne au logiciel.

Ainsi, lorsqu'un utilisateur possède le film pornographique "Blanche Fesse Et Les Sept Mains" et le renomme "Blanche Neige et Les Sept Nains", le moteur de recherche propose ce film lorsqu'un autre utilisateur demande à télécharger Blanche Neige en croyant trouver le film de Walt Disney.

Voici un exemple illustré, avec une recherche "Disney", qui renvoie notamment comme résultat la version italienne de Prince Of Persia :

Lorsque l'on débute le téléchargement, il est possible de vérifier dans les "informations détaillées" la liste des noms de fichiers différents donnés par les utilisateurs à ce même fichier. Et là, on découvre qu'il s'agit très vraisemblablement d'un film pornographique baptisé "Colors Of Sex" :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés