Terry McBride, le directeur du label canadien Nettwerk parti en chasse contre la RIAA, commence à convaincre ses confrères de l'industrie alors que la RIAA annonce encore et toujours de nouvelles plaintes.

« Porter plainte contre des amateurs de musique n’est pas la solution, c’est le problème« , s’était énervé Terry McBribe, président de Nettwerk Music Group et manager entre autres de Sarah Mclachlan, Avril Lavigne et les Barenaked Ladies. L’homme était sur les antennes radio le week-end dernier et a déclaré que plusieurs responsables de l’industrie « lui avaient tendu la main » pour soutenir la rebellion contre les actions de l’association américaine de l’industrie du disque (RIAA). McBride, qui a décidé de payer l’intégralité des frais de justice de l’un des accusés (peine comprise le cas échéant), veut « faire honte » à la RIAA avec ce précédent qui mettrait fin aux vagues de poursuites lancées par le cartel des majors.

Selon Digital Music News qui rapporte les faits, le producteur Bob Ezrin a déjà accordé son soutien. Ezrin a produit entre autres des albums pour Alice Cooper, Lou Reed, les Pink Floyd, Peter Gabriel, Kiss, et The Darkness. « D’autres cadres de l’industrie voudront probablement rester dans l’ombre dans leur soutien, spécialement ceux qui travaillent au sein des majors du disque« , commente DMN.

Mais comme tous les mois, la RIAA a annoncé hier une nouvelle vague de plaintes contre des internautes américains. 750 individus étaient visés cette fois-ci par une action contre X, tandis que 122 plaintes nominatives ont été déposées sur le bureau des juges plus tôt dans le mois. « Poursuivre le vol de chansons fait intégralement partie de [notre mission] d’aider à protéger la capacité des maisons de disques à investir dans les nouveaux groupes de demain et à équilibrer le terrain de jeu pour les services en ligne légaux« , a commenté Cary Sherman, le président de la RIAA.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés