Ce pourrait être un nouveau scandale dans la lutte anti-piraterie. Le GVU, l'organisation allemande à l'origine de la grande opération anti-warez de mardi dernier, est soupçonnée d'avoir elle-même aidé les pirates à s'approvisionner.

Mardi, nous apprenions la réalisation d’une opération d’envergure contre un grand nombre de groupes Warez, dont le célèbre RELOADED. 300 perquisitions ont eu lieu dans cinq pays d’Europe, et 20 serveurs FTP ont été saisis. Mais selon les informations du journal allemand Heise.de, le GVU, l’organisation anti-piratage germanique à l’origine des raids, aurait elle-même fait l’objet de perquisitions pour avoir participé au piratage de contenus.

Le GVU a indiqué dans un communiqué que les autorités sont venues à ses bureaux de Hamburg pour « vérifier les informations qui étaient fournies de façon avant de réaliser les raids« . Or Heise.de indique que deux sources indépendantes lui ont confié des informations selon lesquelles le GVU aurait payé l’administrateur d’un site warez (un indic’) et fourni du matériel nécessaire aux serveurs FTP pirates. Il leur suffisait ensuite de récolter les adresses IP et autres informations de logs pour les fournir aux autorités de police. Des copies pirates auraient même été données par le GVU pour alimenter le serveur piège.

Si ces informations étaient confirmées (et ce ne serait pas une première), le parquet devra examiner l’affaire et peut-être poursuivre le GVU pour ces actes de complicité de contrefaçon.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés