Le Centre National de la Cinématographie (CNC) publie une nouvelle étude sur les pratiques vidéo en Europe. Elle révèle de grandes différences de consommation du DVD entre voisins européens.

Réalisée auprès de 5 000 possesseurs de lecteurs de DVD de salon en France, Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne et Italie, l’étude du CNC « analyse les comportements d’achat, de location, d’emprunt de DVD des Européens mais aussi la manière dont ils visionnent les DVD et leurs bonus« . Elle révèle de grandes disparités entre les pays, en raison selon le Centre de « l’organisation des marchés nationaux, de leurs niveaux de concurrence mais également de leurs maturités.

Ainsi les Britanniques possèdent chez eux 79 DVD, majoritairement achetés en magasin, alors que les Italiens qui sont entrés plus tard sur le marché n’en ont que 38, dont beaucoup acquis d’occasion. En France, le possesseur de lecteur DVD lambda affiche 52 DVD dans sa DVDthèque, et le Français est l’Européen qui achète le moins d’occasion (25 % des sondés seulement). Les Espagnols, eux, sont friands de location. Ils sont les seuls dont cet usage constitue « leur première source d’approvisionnement avec 3,8 DVD sur 10 entrant dans le foyer« .

Mais la France peut se féliciter d’être une nation où le partage est Roi. C’est en effet en France que l’on prête le plus souvent ses DVD à ses amis (69 % des sondés le font fréquemment), et c’est le pays avec l’Espagne où l’emprunt de DVD à des amis est le plus répandu. Pas étonnant donc, sans doute, que l’Espagne ait été la première à légaliser le téléchargement à but non lucratif, et que le législateur français ait souhaité en faire de même avant la trève des confiseurs… Dans ces deux pays, la culture est perçue comme un bien à partager, et non pas seulement à contrôler.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés