Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Twitter rejoint l'initiative anti-suivi Do Not Track

C'est un ralliement de poids. Twitter a annoncé jeudi le support de la fonctionnalité Do Not Track, qui permet aux internautes d'indiquer via leur navigateur web leurs préférences en matière de ciblage basé sur leur navigation. Si l'option est activée, Twitter n'affichera plus d'utilisateurs suggérés et supprimera le cookie de suivi.

C'est un choix à saluer. Afin de prendre en compte les choix des internautes en matière de suivi personnalisé, Twitter vient d'annoncer au détour d'un message son ralliement à l'initiative Do Not Track (DNT). Désormais, le réseau social ne collectera plus de données de navigation en provenance des internautes ayant activé cette fonctionnalité dans les paramètres de leur navigateur.

"Lorsque vous activez le DNT sur votre navigateur, nous cessons de collecter des informations qui nous permettent de vous suggérer des utilisateurs en fonction de vos récentes visites sur les sites qui ont intégré nos boutons et widgets", est-il expliqué dans le centre d'aide. Cela se traduit par la suppression d'un cookie installé sur la machine de l'utilisateur. Ceux ayant déjà le DNT actif n'ont aucune manipulation à faire.

À l'heure actuelle, les dernières versions des principaux navigateurs du marché supportent cette fonctionnalité. C'est le cas de Firefox, d'Internet Explorer, de Safari et d'Opera. En revanche, Google Chrome n'a pas encore intégré cet outil dans ses réglages. Le géant américain affiche en effet une certaine réticence à l'égard de cette initiative anti-ciblage.

L'initiative Do Not Track fait actuellement l'objet d'une standardisation de la part du W3C, l'organisme en charge de la normalisation des technologies du web. Un premier brouillon a été publié fin novembre, en concertation avec les principaux acteurs concernés (Apple, Microsoft, Mozilla, Google et Opera).