L'autorité de régulation des télécoms a ouvert une enquête sur Free Mobile, qui est accusée d'imposer des conditions tarifaires inacceptables aux opérateurs virtuels (MVNO).

C’est un problème que les consommateurs jugeront sans doute avec un oeil beaucoup plus clément que les défaillances techniques et organisationnelles qui avaient accompagné le lancement du nouvel opérateur. L’association Alternative Mobile, qui regroupe dix opérateurs virtuels (MNVO) dont Afone, Auchan Télécom, ou NRJ Mobile, a annoncé qu’une procédure en manquement avait été ouverte à l’encontre de Free Mobile. Il est reproché à l’opérateur de ne pas satisfaire à ses obligations concernant l’accueil des MVNO sur son réseau.

« La quatrième licence mobile a été accordée à Free Mobile en contrepartie d’engagements ambitieux souscrits auprès de l’autorité des télécoms pour animer la concurrence, en particulier en accueillant des MVNO dans les meilleures conditions« , rappelle l’association d’industriels dans son communiqué. Or, ajoute-t-elle, « les tarifs de l’offre de gros proposés par Free Mobile aux MVNO sont nettement supérieurs à l’offre de détail« , ce qui rendrait caduque la réalité ses engagements.

Interrogée par l’AFP, l’Arcep a confirmé l’ouverture de l’enquête, en précisait qu’elle pouvait être le moyen « d’entamer le dialogue avec un opérateur sur un sujet qui pose problème« , et qu’elle n’aboutissait donc pas systématiquement à des sanctions.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés