Hostile au traité ACTA, le Président du Parlement Européen semble décidé à peser de tout son poids dans le débat public, en organisant un chat' sur Facebook ce jeudi 26 avril, par lequel il invite les internautes à s'exprimer sur le contenu de l'accord.

Alors que la commission des affaires internationales du Parlement Européen doit donner son avis ce mercredi sur le sort de l’Accord de commerce anti-contrefaçon (ACTA), le président de l’hémicycle a choisi de se mettre lui-même en avant sur le dossier.

Martin Schulz « veut entendre l’avis des internautes sur l’accord anti-contrefaçon ACTA« , dit le communiqué du Parlement Européen. Il sera en direct sur Facebook le jeudi 26 avril à partir de 14h30, deux jours après que le Contrôleur européen à la protection des données personnelles a une nouvelle fois fusillé l’ACTA dans un avis qui dénonce le risque d’une surveillance généralisée des internautes au nom de la lutte contre la contrefaçon.

« Les détracteurs de l’accord ACTA l’accusent de violer les droits fondamentaux des citoyens et de restreindre la liberté la liberté sur internet. Ses défenseurs soulignent la nécessité de lutter plus efficacement contre la contrefaçon pour défendre l’innovation. Et vous, qu’en pensez-vous ?« , demande le service de communication du Parlement, qui se montre à cet égard bien plus dynamique que l’Assemblée Nationale française (auriez-vous imaginé Bernard Accoyer organiser un un chat’ pour discuter de l’Hadopi ?).

Membre de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), l’Allemand Martin Schulz a déjà fait connaître en début d’année son hostilité contre ACTA. Il a jugé que l’équilibre entre la protection des droits de propriété intellectuelle et des droits des individus n’était « que très insuffisamment ancré dans le présent accord« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés