C'est un rythme de travail démentiel. La Fair Labour Association, une organisation missionnée pour enquêter sur les conditions de travail de l'entreprise Foxconn, a mis au jour des cadences de travail inhumaines. De nombreux employés ne respectent absolument pas la législation du temps de travail en vigueur en Chine. Certains ont même battu des records, jusqu'à 76 heures par semaine.

C’est une lumière crue qui vient d’être jetée sur les conditions de travail des ouvriers chinois employés par le sous-traitant Foxconn. Longtemps pointé du doigt en Occident, le géant manufacturier chinois vient de se faire épingler ces jours-ci par la Fair Labor Association (FLA). L’organisation américaine, missionnée pour enquêter sur les pratiques de Foxconn, dénonce une situation proprement scandaleuse.

« Les investigations de la FLA ont permis de découvrir qu’au cours des 12 derniers mois, les trois usines inspectées ont dépassé à la fois les normes de 60 heures de travail (comprenant les heures régulières et supplémentaires) et les limites légales hebdomadaires chinoises de 40 heures de plus de 36 heures supplémentaires maximum« , écrit l’organisation, qui a interrogé 35 000 employés.

Autrement dit, des records invraisemblables de 76 heures de travail hebdomadaires ont été constatés. « Lors des périodes de pics de production, le nombre moyen d’heure travaillées par semaine dépasse les 60 heures par employé. Il y a eu des moments pendant lesquels certains salariés ont travaillé plus de sept jours d’affilée sans la pause nécessaire de 24 heures« , poursuit le rapport.

Face au scandale des conditions de travail, Foxconn n’avait pas d’autres choix que de se plier aux recommandations de la FLA. Celles-ci devront être totalement respectées d’ici juillet 2013. Cela signifie que le sous-traitant va devoir ramener le travail hebdomadaire de chaque salarié sous le seuil légal défini par la législation chinoise. Il ne devra pas non plus dépasser les normes établies par la FLA.

Cette réduction du temps de travail devra se faire sans toucher au salaire des ouvriers. Rappelons que celui-ci a été augmenté de 16 à 25 % en février dernier. La rémunération varie désormais entre 215 et 300 euros en moyenne. Il s’agit de la troisième augmentation de salaire depuis 2010, ce qui dans les faits s’est traduit par un doublement du salaire moyen en l’espace de deux ans.

En plus de la préservation des salaires, Foxconn et la FLA ont convenu de résoudre le problème de la mauvaise rémunération des heures supplémentaires et de renforcer les standards de sécurité et de santé dans les usines. La communication verticale entre les employés et les employeurs devra également être améliorée. La FLA promet de suivre avec attention le bon déroulement du plan.

Pour les entreprises occidentales qui font appel à Foxconn pour assembler leurs produits, et elles sont nombreuses, l’intervention de la FLA va probablement les inciter à revoir les prix à la hausse. Dell et Hewlett-Packard ont par exemple prévenu qu’ils avaient dans l’idée d’augmenter le prix de leurs produits si la rémunération des ouvriers s’améliore, plutôt que de réviser leurs marges.

Cette situation pourrait toutefois ne durer qu’un temps. Foxconn compte en effet régler définitivement le problème des conditions de travail en faisant appel… à des robots. Le manufacturier taïwanais compte en déployer plus d’un million d’ici 2014. Ces machines pourront assembler sans faiblir des millions d’appareils à la place des ouvriers chinois. Au risque de générer une situation sociale explosive.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés