Orange est revenu sur les ennuis récents qui ont frappé le réseau de Free Mobile. Pour l'opérateur historique, le seul responsable de ces désagréments est le quatrième entrant. De son côté, Free Mobile a indiqué mardi que le réseau devrait connaître un retour à la normale d'ici deux semaines.

Depuis mardi, Free Mobile a commencé à communiquer auprès de ses clients sur les multiples difficultés qu’ils ont pu rencontrer ces dernières semaines et qui, pour certaines d’entre elles, se poursuivent toujours aux heures de pointe. D’après Free Mobile, il faut attendre encore deux semaines pour mettre fin à la congestion du réseau et aux dysfonctionnements, grâce à la mise à niveau de l’interconnexion avec l’opérateur historique.

En attendant ce jour, le directeur technique « Réseaux & services » d’Orange, Jean-Luc Vuillemin, a répondu aux questions de Challenges dans un long entretien publié ce mercredi. L’occasion pour lui de revenir sur les ennuis qui ont frappé ce partenaire commercial, moins pour s’en prendre à lui que pour préserver avant tout la réputation d’Orange. En somme, Free Mobile est le seul responsable de ses problèmes.

« Orange n’a absolument aucune part de responsabilité dans ces dysfonctionnements. Aucune. Le sujet n’est absolument pas la capacité du réseau Orange à absorber le trafic d’itinérance des clients Free Mobile, mais d’une part le bon fonctionnement du réseau de Free et d’autre part le dimensionnement du lien d’interconnexion entre le réseau Free et le nôtre« .

Sur la congestion

Sur les difficultés pour passer des appels aux heures de pointe (entre 18 et 20 heures), Orange explique qu’il « fournit à Free Mobile des liens d’interconnexion […] en fonction des prévisions de trafic que Free Mobile lui donne. Le dimensionnement de ce lien d’interconnexion est donc de la seule responsabilité de Free qui a sous-estimé ses prévisions« .

Pour résoudre ce souci, Free Mobile a indiqué à ses clients que des travaux sont menés pour augmenter les capacités d’écoulement du trafic voix entre nos deux réseaux. Toutefois, il ne s’agit que d’une solution temporaire. À terme, Free Mobile n’aura plus besoin de cette interconnexion lorsqu’il aura suffisamment d’antennes-relais sur le territoire. Combien ? 10 000 pour avoir une bonne couverture, selon Orange.

Sur les pannes

Du côté des pannes, les incidents ont des origines diverses. Le 2 et 14 mars, Orange a constaté un souci au niveau d’un point de transfert de signalisation de Free Mobile. Ce dispositif, « sorte de centre de tri capable d’envoyer les questions vers les équipements qui ont les réponses« , n’a plus réussi « à effectuer les transferts de signalisation dont nous avions besoin pour traiter les appels de leurs abonnés« .

Le 20 mars, le dysfonctionnement trouve sa source dans une coupure de 50 secondes sur le réseau de Free Mobile entre Paris et Lyon. « Lorsqu’elle a cessé, le réseau a envoyé d’un coup toutes les signalisations qui avaient été stockées pendant la coupure […]. Le système de signalisation n’a pas réussi à traiter toutes ces demandes. Il a fallu une intervention manuelle pour tout arrêter et relancer tout doucement la machine« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés