La publicité présente dans les applications mobiles affecte l'autonomie des smartphones, selon une étude américaine. Les applications mobiles gratuites sont les premières concernées, puisqu'elles compensent leur gratuité par l'affichage d'encarts publicitaires.

L’autonomie des smartphones est affaiblie significativement par la présence de publicités dans les applications gratuites, selon une étude conduite (.pdf) aux États-Unis par des universitaires de la faculté Purdue et un employé de Microsoft et repérée par la BBC. D’après les travaux des trois chercheurs, leur présence accélère la vitesse à laquelle la batterie des mobiles se vide.

Ce sont les applications mobiles gratuites qui sont les premières victimes de ce phénomène. En effet, elles sont nombreuses à avoir fait le pari de la publicité pour compenser leur mise à disposition gratuite sur les boutiques en ligne, comme l’Android Market. Au lieu de demander directement quelques euros au mobinaute, l’auteur de l’application cherche à générer de l’argent de façon indirecte, en affichant des réclames.

Les auteurs de l’étude se sont concentrés sur deux plates-formes, Android et Windows Phone. Ils auraient souhaité intégrer iOS à leur enquête, mais les restrictions mises en place par Apple ne leur ont pas permis d’analyser en détail l’impact des annonces dans les applications mobiles sur l’autonomie des iPhone.

Comment se fait-il que les publicités affecte l’autonomie des batteries ? À cette question, deux débuts de réponse. La première est évidente : pour présenter de nouvelles annonces à l’utilisateur, l’application doit aller les chercher sur le serveur et les rapatrier sur le téléphone. Cela entraîne une consommation 3G plus importante, qui peut s’ajouter avec les informations rapatriées par l’application elle-même.

La seconde dépend des réglages du smartphone. Certaines réclames s’appuient sur la géolocalisation pour séduire plus efficacement l’utilisateur. Or, la recherche de la position du mobinaute est très énergivore et contribue à vider rapidement la batterie du mobile. D’autant que dans un cas comme dans l’autre, certaines applications tardent à couper la connexion 3G une fois les informations récupérées.

Cette étude n’est évidemment pas à l’avantage de la publicité et constitue, aux yeux de l’utilisateur, un grief supplémentaire. D’autant que les smartphones modernes se déchargent plus rapidement, à cause de leur puissance de plus en plus grande et de leur finesse de plus en plus marquée, affectant de fait la taille de la batterie. L’autonomie des mobiles est donc un point crucial.

Pour la préserver, il existe bien souvent une version payante de l’application, qui est libre de toute publicité. Or, voilà tout le paradoxe. Les mobinautes apprécient les applications gratuites mais veulent aussi être contrariés par le moins possible par les annonces.Et dans le même temps, ils sont nombreux à refuser de mettre la main au porte-monnaie pour acquérir la version payante du programme.

Un casse-tête pour les auteurs d’applications, qui doivent donc jongler avec ces différents paramètres.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés