Des hackers proches du régime de Bachar el-Assad ont réussi dimanche à défigurer le site d'Al Jazeera consacré à la couverture des évènements en Syrie, pour y diffuser un message favorable au président syrien.

La guerre se livre aussi sur Internet par des opérations de communication destinées à favoriser l’un ou l’autre camp. Dimanche, alors que les affrontements en Syrie ont encore fait 66 morts dont 26 civils, le site anglophone de la chaîne Al Jazeera a été hacké par des partisans du président Bachar el-Assad. C’est le Syria Live Blog de la chaîne quatarie qui a été défiguré dans l’après-midi, pour y présenter une image favorable au président syrien, signée de « l’Armée Electronique Syrienne » :

L’attaque se serait produite juste après que le blog d’Al Jazeera a fait état des morts rapportés par un réseau d’activistes syrien. Elle est revendiquée sur son site par l’Armée Electronique Syrienne qui prétend être constituée d’une équipe de hackers professionnels, et qui reproche à Al Jazeera de diffuser des « informations fausses et fabriquées » pour encourager les rébellions dans un sens voulu par « Washington et Tel Aviv« .

« La relation entre l’Armée Electronique Syrienne et le gouvernement lui-même n’est pas clair« , note Ars Technica. « Toutefois, le nom de domaine du groupe a été enregistré en mai 2011 à Tartous, en Syrie, et le site est hébergé sur des serveurs maintenus par la Société Informatique Syrienne – un groupe dont Assad a été à la tête avant de prendre en charge la présidence de la Syrie, et qui a introduit Internet en Syrie en 2001« .

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, cité par Le Parisien, huit personnes dont un enfant de 9 ans ont été tuées dimanche par balles dans la province de Homs (centre), quatre sont mortes plus au sud dans la ville et la région de Hama, cinq dans la province d’Idleb (nord-ouest) et deux dans la ville de Jassem, province de Deraa. Par ailleurs, 40 militaires sont également morts parmi les forces gouvernementales et les déserteurs.

Face à une violence décuplée, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a appelé dimanche Bachar el-Assad à « résoudre la crise, à engager un dialogue politique et avant toute chose, à stopper immédiatement le bain de sang« .

Selon un quotidien égyptien, repris par Le Point, les forces de sécurité syrienne auraient tenté de faire sortir du pays la famille de Bachar el-Assad, mais le convoi aurait été intercepté par l’armée dissidente. Les rumeurs de fuite du président syrien ont été rapidement démenties dimanche soir.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés