A la veille de son départ en retraite, Michael Eisner a encouragé l'industrie d'Hollywood à faire face au P2P de façon constructive, tout comme elle l'a fait il y a deux décennies face aux cassettes vidéo...

Contraint à 63 ans de quitter la direction de Walt Disney après 24 ans de bons et loyaux services, Michael Eisner a tenu à parler en grand-père rassurant face à ses collègues d’Hollywood. « Lorsque vous regardez le paysage actuel du divertissement, ne paniquez pas face aux derniers techno-jargon tels que peer-to-peer, WiMax, 802.11, BitTorrent, 3G, Internet 2.0, podcasting ou DVR« , a conseillé Eisner. « Embrassez-les plutôt, en sachant que la seule chose qui donne vraiment raison d’être à tous ces systèmes remarquables de livraison est le type de contenu créatif que nous produisons« .

Pour Eisner, le contenu n’est pas roi. Il est mieux que ça ; il est « la reine immuable, le réel pouvoir derrière le trône, qui sert loyalement n’importe quel roi qui détient pour le moment le sceptre de la distribution« . Martelant que seul le contenu créatif compte, le président de Walt Disney a rappelé que l’industrie du divertissement se sent constamment en danger, soit parce que son économie est fragile, soit parce que de nouvelles technologies semblent la menacer. « Mais la réalité est que, dans l’ensemble, l’industrie américaine du divertissement a prospéré décennie après décennie après décennie« , a rappelé Eisner.

« Bravo ! Monsieur Eisner, nous sommes en accord à 100 %« , s’est félicité le président de BitTorrent, Ashwin Navin. « BitTorrent a été conçu pour renforcer les pouvoirs des créateurs de contenus, et pour donner à l’industrie des contenus des moyens encore meilleurs de les publier de façon électronique« , explique Navin, qui vient de célébrer une levée de fonds de 8,75 millions de dollars pour développer BitTorrent.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés