Malgré sa condamnation par une cour australienne, Sharman Networks continue d'accroître la valeur commerciale de son logiciel de partage de fichiers Kazaa. L'adware/spyware de Direct Revenue est désormais proposé à l'intallation.

Sharman Networks a été condamné le 5 septembre dernier à imposer un filtrage des contenus piratés sur son logiciel Kazaa, et sur toutes les versions futures du programme. Selon les procédures australiennes, avant de pouvoir ttp://www.numerama.com/news2388_Kazaa_pas_d_appel_avant_fevrier_2006.html »>prétendre à un appel, Sharman Networks doit au moins démontrer ses efforts en la matière.

Pour le moment, aucun changement n’a été apporté en ce sens au logiciel. Mais la société newyorkaise Direct Revenue, régulièrement dénoncée pour ses spywares, a annoncé un nouvel accord avec Sharman Networks. Direct Revenue proposera aux utilisateurs du logiciel de P2P de « regarder un petit nombre de publicités pertinentes par jour« .

Aux Etats-Unis, l’arrêt Grokster de la Cour Suprême a clairement banni l’emploi de tels procédés commerciaux sur des logiciels notoirement employés pour violer les droits des titulaires de droits d’auteurs. Même si l’arrêt de la cour australienne est moins clair sur ce point, la qualité hautement commerciale de Kazaa a toutefois largement contribué à sa condamnation.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés