AlloStreaming annonce qu'il ne diffusera plus de films et de séries en streaming. Le site a été déréférencé par les principaux moteurs de recherchet et fait l'objet d'une plainte des ayants droit. Cependant, le site continue de proposer des films d'animation et des dessins animés sur un autre domaine.

Mise à jour – En fin de compte, iAlloStreaming ne prendra pas la relève d’AlloStreaming, même amputé des séries TV et des films. Le site a choisi de fermer ses portes. À l’origine, il comptait pourtant proposer en streaming des dessins animés et des films d’animation japonais.

Officiellement, c’est le déréférencement des moteurs de recherche et la procédure judiciaire en cours qui ont à nouveau conduit les gérants à interrompre la plate-forme. Une fermeture qui survient au moment où une opération de police a eu lieu contre MegaUpload.

Sujet du 18 janvier – Clap de fin pour AlloStreaming. Déréférencé par les principaux moteurs de recherche et face au recours déposé par les ayants droit de l’industrie cinématographique contre les différents sites de la galaxie AlloStreaming, le site a préféré baisser le rideau. La plate-forme ne fournira plus de films et de séries en streaming. D’autres contenus seront toutefois encore proposés aux internautes, sur un autre site web.

« Nous vous annonçons avec regret la fermeture définitive de nos services (films et séries en streaming). Cette fermeture est principalement due au déréférencement de notre site par les moteurs de recherches (Google, Yahoo, Bing), mais aussi par la pression exercée par les ayants droit sur les fournisseurs d’accès pour bloquer le site » peut-on lire sur la page d’accueil.

Comme nous le rappelions vendredi, Google a été le premier à purger son index de recherche. Les requêtes liées au streaming ne retournaient plus depuis septembre les domaines liés à AlloStreaming.com, AlloShowTV.com et AlloShare.com. Une mesure visiblement fatale pour le site, car la firme de Mountain View contrôle une part de marché de près de 90 % dans le secteur de la recherche en ligne.

« Nous sommes autant déçus que vous mais des dizaines de sites avec un service similaire et une communauté encore plus active existent toujours ; il suffit juste de faire une simple recherche sur un moteur de recherche de votre choix » poursuit le site, soucieux de montrer que le combat des ayants droit est vain. Comme l’hydre, il repoussera deux têtes à chaque fois qu’une tête sera tranchée.

Les gérants d’AlloStreaming ne comptent toutefois pas disparaître définitivement du web. Si les services films et séries en streaming sont arrêtés, la diffusion de films d’animation et de dessins animés japonais continue. Un nouveau domaine (iAlloStreaming) a d’ailleurs été lancé il y a peu, et qui pour l’heure n’est pas concerné par le filtrage mis en place par les moteurs de recherche.

Selon nos premières constations, les films et les séries ont effectivement disparu du nouveau site. Seules les productions japonaises sont accessibles, comme Dragon Ball, Saint Seiya, Naruto ou encore Hunter X Hunter. Le site revendique un catalogue de 1576 vidéos. Les chaînes de télévision et les éditeurs, qu’ils soient japonais ou français, pourraient toutefois s’en mêler.

Rappelons que dans près de trois semaines, le tribunal de grande instance de Paris examinera au fond le recours des ayants droit contre AlloStreaming. L’action en justice va permettre de déterminer si les intermédiaires techniques assignés par l’industrie cinématographique doivent bloquer l’accès à ces sites et les déréférencer.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés