La guerre entre le Blu-Ray et le HD DVD continue. Après l'annonce par Universal du support du Blu-Ray, c'est Microsoft et Intel qui s'allient pour apporter leur soutien officiel au format concurrent, le HD DVD de Toshiba.

C’est une giffle importante que viennent d’infliger Intel et Microsoft à Sony et Philips, les fondateurs du Blu-Ray. Ensemble, les deux géants de la micro-informatique ont annoncé hier leur préférence pour le HD DVD. Jusque là, Microsoft et Intel s’étaient abstenus de prendre position pour l’un ou l’autre camp, ménageant les susceptibilités des acteurs des deux formats. Mais puisque la commercialisation des successeurs du DVD approche et que les industriels n’arrivent toujours pas à se mettre d’accord, le fondeur et le créateur de Windows mettent désormais tout leur poids dans la balance pour aider le HD DVD à l’emporter.

« Après avoir examiné les avantages pour l’écosystème du PC et après avoir vu comment il pourait bénéficier au consommateur, il est clair que le HD DVD offre la meilleure qualité, et est la solution disponible la plus abordable et la plus flexible« , explique ainsi Blair Westlake, le vice-président du groupe de convergence entre média/loisirs et technologie chez Microsoft.

Les deux firmes ont mis en avant six avantages du format HD DVD :

  • Le contrôle de la copie : le format de Toshiba intègre des DRM qui permettent de limiter les copies tout en permettant aux clients de transférer le contenu entre ordinateurs d’un même réseau domestique ou sur un périphérique mobile.
  • L’évolutivité du format : Le HD DVD permet de stocker une version haute définition sur une face, tout en gardant une définition standard sur l’autre face. Cette particularité permettra de faire évoluer les consommateurs vers la HD (haute-définition) plus en douceur.
  • Des coûts de fabrication réduits : Le Blu-Ray a une surface très fine de 0,1 mm, tandis que le HD DVD préserve l’épaisseur de 0,6 mm du DVD. Les usines pourront donc beaucoup plus rapidement s’adapter au HD DVD, à des coûts beaucoup moins importants qu’avec le Blu-Ray.
  • Une plus grande capacité : Au lancement, le HD DVD contiendra deux couches de 15 Go chacune (soit 30 Go), contre une seule couche de 25 Go pour le Blu-Ray. Notez toutefois que la limite théorique du Blu-Ray est bien supérieure à celle du HD DVD (200 Go contre 60 Go).
  • Une plus grande interactivité : Microsoft et Intel mettent en avant le support du iHD qui permettra notamment d’incruster des images par dessus les images du film (l’image du réalisateur qui commente le film, des scènes vues sous un autre angle…).
  • Une meilleure intégration dans les portables : L’épaisseur du HD DVD et du DVD étant la même, les ordinateurs portables pourront facilement offrir un lecteur combo, compatible avec les deux formats

.

Notons enfin que Microsoft et Intel, même s’ils supportent désormais officiellement le HD DVD, appellent toujours de leurs voeux l’unification d’un seul support, et disent continuer à y travailler.

Parmi les autres supporters du HD DVD se trouvent Paramount, Universal Pictures et Warner Home Video. Du côté du Blu-Ray, nous trouvons Sony BMG, Universal Music (qui fait donc front contre la filiale cinéma du même groupe), la Twentieth Century Fox et Walt Disney. Sauf erreur de notre part, parmi les majors, seule EMI n’a pas encore pris position.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés