Avant de le rendre open-source, il semblerait qu'HP ait cherché à revendre webOS. Des négociations auraient eu lieu avec Facebook, qui n'a pas pris au sérieux l'équipe du constructeur à cause du prix demandé. Mais cela montre que le réseau social s'intéresse de près aux systèmes d'exploitation.

L’année de Palm et de webOS aura été bien mouvementée, après son rachat par HP pour 1,2 milliard de dollars. En effet, après avoir mis fin à la commercialisation des terminaux l’utilisant, il semblerait qu’HP ait voulu revendre son système d’exploitation.

Si on ne connaît pas tous les acteurs qui ont été approchés à cette occasion, VentureBeat affirme que le constructeur a rencontré Amazon, Samsung, Intel et plusieurs dirigeants de Facebook. La firme aurait voulu revendre l’OS au réseau social pour le même prix qu’il l’avait acheté en 2010. Selon le magazine, l’équipe d’HP aurait été reconduite à la porte après n’avoir pas été prise au sérieux par Facebook.

Depuis, HP a décidé de rendre webOS open-source, mais cette anecdote est intéressante à plusieurs niveaux. Tout d’abord, elle montre que, de près ou de loin, Facebook s’intéresse aux OS. Le réseau social pourrait avoir l’ambition de sortir son propre appareil, comme le Facebook Phone dont les rumeurs parlent depuis longtemps. Elle peut montrer aussi qu’HP est un très mauvais négociateur, ou qu’il n’a jamais vraiment voulu se débarrasser de webOS. La PDG du groupe Meg Whitman a d’ailleurs annoncé que la firme souhaitait produire de nouvelles tablettes en 2013.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés