Solipsis (le projet de France Telecom dont nous vous parlions hier) est tout à fait prometteur. Malgré ses bugs de jeunesse, le logiciel open-source pourrait révolutionner l'esprit du P2P en misant sur la communication réelle des utilisateurs dans un monde virtuel. Nous avons souhaité en savoir plus...

Solipsis est un projet de « P2P social de communication », développé entre autres par les français Gwendal Simon, Joaquin Keller, Antoine, David Dugoujon, Didier Gorges, Emmanuel Bréton, et Bastian Flinspach. Parmi eux, Gwendal Simon et Joaquin Keller nous ont fait l’honneur de répondre à nos questions….

Ratiatum.com : Pouvez vous vous présenter brièvement ?

Gwendal : Je suis chercheur à France Telecom R&D. Mes domaines privilégiés sont le peer-to-peer, les réseaux ad-hoc et, plus généralement, les réseaux auto-organisés à grande échelle. J’ai réalisé un parcours scolaire académique avec une spécialisation sur les systèmes distribués. En décembre 2004, j’ai soutenu une thèse en co-tutelle à France Telecom et à l’IRISA (Université de Rennes).

Joaquin : J’ai réalisé un Master en logique mathématique à l’université de Paris VII (Jussieu) et un doctorat en informatique et télécommunications de l’Université de Versailles. Je suis chercheur à France Telecom depuis 1993. Je m’intéresse aux système peer-to-peer, aux algorithmes distribués et aux communications multimedias.

R.com :Solipsis est un logiciel de p2p français tout à fait étonnant. D’où vient cette idée ?

Gwendal : Joaquin, chercheur à France Telecom, est à l’initiative de Solipsis. Son premier « flash » date de 1998 à la lecture de « Snowcrash » (le Samourai Virtuel) de Neal Stephenson : le Metaverse, monde virtuel partagé à l’échelle de la planète, ne peut exister que par la grâce d’un système totalement décentralisé !

Pourquoi France télécom est-il intéressé dans votre projet ?

Gwendal : Solipsis est un concept qui peut modifier la communication entre les personnes. De plus, il « humanise » les réseaux en permettant aux utilisateurs de se rencontrer et d’interagir avec beaucoup de richesses.

Joaquin : France Télécom est une entreprise avec un centre de R&D avec plusieurs milliers de chercheurs et d’ingénieurs. Générant plus de la moitié (les trois quarts ?) du trafic, il n’est donc pas étonnant que le peer-to-peer soit un sujet d’étude à France Télécom R&D.
La « com » officielle de France Télécom sur le sujet se trouve ici.

R.com : Solipsis développe le coté social des p2pistes, pensez-vous que la communication est la prochaine étape du p2p ?

Gwendal : La communication a déjà été une étape du p2p : le mail, le web, Internet ! ! !

Pour un grand nombre d’applications, une approche centralisée reste plus efficace, d’autant plus que le coût des machines diminue et que la gestion des « server farms » s’améliore. Le p2p peut avoir un intérêt lorsque l’application doit offrir de la liberté aux utilisateurs, notamment en n’appartenant à personne, ou lorsque l’aspect centralisé est trop coûteux, ce qui est finalement assez rare.

Joaquin : Je suis d’accord avec toi Gwendal, le désir de liberté (d’égalité et de fraternité ? :-) ainsi que la peur légitime du big brother sont une motivation puissante pour le peer-to-peer, l’argument d’efficacité techno-économique arrive souvent en deuxième position.

R.com : Projettons nous dans l’avenir. La seconde étape du P2P grand public sera faite de quoi ?

Gwendal : Au-delà de Solipsis, France Telecom travaille actuellement sur deux autres projets peer-to-peer :

– ‘Maay’ est un moteur de recherche décentralisé et personnalisé. Il peut permettre de retrouver une page web, mais aussi les contenus que les utilisateurs partagent. Il est personnalisé dans le sens que les réponses aux requêtes prennent en compte la « sémantique » de l’emetteur de cette requête.

– ‘Pulse’ est un système permettant à un nombre illimité d’utilisateurs de recevoir un flux « en live ». Ainsi, n’importe qui peut diffuser le tournoi de pétanque de son village, filmé par son mobile, en mondiovision !

Des liens sur ces deux projets existent sur la page web de Solipsis.

Joaquin : La phrase consacrée est de rigueur : « Nous ne pouvons dévoiler la stratégie de France Télécom sur le peer-to-peer ». La « com » officielle de France Télécom sur le sujet se trouve ici.

Quels sont les soucis de Solipsis actuellement et sur quoi porte votre attention ?

Gwendal : Il y a beaucoup d’axes de travail. Un premier souci est l’ergonomie. Le concept est étonnant et doit gagner en lisibilité. D’autre part, la connexion est parfois encore difficile. Les multiples éléments situés entre le réseau et la machine de l’utilisateur (Firewall, NAT, NAT « Full Cone ») nécessitent la mise en place d’outils parfois difficiles à gérer.

Nous proposons des solutions, mais il se pourrait que d’autres internautes possèdent des compétences sur ces sujets ou désirent contribuer à Solipsis. Ils sont les bienvenus puisque Solipsis est un logiciel libre (licence LGPL).

R.com : D’après vous, pourquoi ce manque d’intérêt en France pour Solipsis ?

Gwendal : Solipsis a été rendu public récemment et nous n’avons pas spécialement communiqué à ce sujet. Le projet demeure confidentiel en France comme ailleurs. Nous préférons le bouche-à-oreilles qui apparaitra naturellement si le projet est bon.

R.com : Il y a de gros soucis de connection pour la version 09.04…

Gwendal : Normalement, les soucis de connexion sont rares. Néanmoins, il demeure quelques problèmes. Nous sommes intéressés par connaître les « soucis de connexion » que les utilisateurs peuvent rencontrer. Envoyez les logs dans la mailing-list.

R.com : Quelle est l’architecture de Solipsis ?

Gwendal : Nous avons conçu une architecture très ouverte. Il y a, sur le sujet, des débats passionnants dans la mailing-list car rien n’est figé bien entendu :

– l’infrastructure peer-to-peer sur lequel repose le monde virtuel est réalisé par le « node ». C’est la partie la plus mure du projet. Le protocol est décrit sur le wiki du projet. Un brouillon d’un document à soumettre à l’IETF est disponible. Le « node » permet à deux voisins virtuels de se rencontrer.

– le « navigator » agit comme une IHM. Il permet à l’utilisateur de contrôler son node et de percevoir le monde virtuel. Pour l’instant, c’est du 2D et pas toujours intuitif. On peut imaginer d’autres navigateurs (téléphone mobile, 3D haptique, réalité augmentée, broches neuronales…). Le « navigator » se branche sur un « node » par XML-RPC. On peut donc également passer les proxy HTTP et se connecter à un « node » tournant sur une machine distante.

– les « services ». Il est possible de rajouter librement des services de communication et d’interactions sur le « navigator ». On peut imaginer beaucoup de services. Pour l’instant, nous avons implémenté des services basiques : chat (communication inter-personnelle) et échange d’avatars (échange de fichiers). Nous travaillons actuellement sur un service « profile » permettant de partager des fichiers, faire des recherches, tenir un blog et donner quelques informations personnelles (c’est en pré-beta également).

R.com : Existe-t-il déjà des plugs in pour Solipsis ?

Gwendal : Cette semaine, un nouveau plug-in en version alpha a été dévoilé : le chat possède maintenant une représentation par « bulles » de type ‘comics’ ! Grâce aux discussions dans la mailing-list, on sait que d’autres personnes réfléchissent à d’autres plug-in…

R.com : Et où ?

Gwendal : Soit ces plug-in sont dans la « release officielle », soit l’auteur a mis un lien dans le « developpers’ wiki » de Solipsis, soit on trouve ce plug-in directement dans Solipsis. Par exemple, mon entité « Gwendal » peut offrir le nouveau plug-in « bubble » à tous mes voisins du monde virtuel.

R.com : Solipsis peut supporter jusqu’à 10 millions d’utilisateurs, l’utilisateur pourra facilement trouver un ami chilien sur le réseau sans passer par un autre moyen de localisation « géographique-virtuelle » sur le réseau solipsis ?

Gwendal : Solipsis peut accueillir jusqu’à 10^73 entités (soit le nombre de positions dans le monde virtuel, c’est-à-dire environ autant que d’atomes dans l’univers). Ces entités peuvent être des utilisateurs mais aussi des objets qui font le décor du monde virtuel.

On envisage différents scénarions pour rencontrer ses amis dans Solipsis :
– on installe son bistrot dans Solipsis : c’est un « Meeting Point ». On donne des rendez-vous dans ce bistrot par n’importe quel moyen de communication (Solipsis, téléphone, mail, IM…), comme dans le monde réel
– on « bookmark » les entités qu’on croise. A n’importe quel instant, on peut se téléporter à proximité d’elles.
– …

En fait, on ne peut pas prédire l’usage qui sera fait de Solipsis. C’est un monde qui vit avec ceux qui l’utilisent.

R.com : peut-on créer des réseaux privés de P2P via solipsis ? (aka : ma grand mêre, ma tante, mon père et 2 collègues de bureau et personne de plus)

Gwendal : Pour l’instant, c’est impossible. Voici un service qui pourrait devenir intéressant ! Nous sommes aujourd’hui dans les premiers instants du monde : il n’y a pas d’appartements fermés à clefs. Pour pouvoir être tranquille, il faut trouver un coin isolé.

R.com : Le navigateur ne pourra supporter (a priori) l’affichage des 10 millions d’utilisateurs. Comment ça va se passer en pratique ?

Gwendal : Dans le monde réel, chaque humain ne voit pas les milliards d’autres humains. En fait, il ne voit que les quelques dizaines de personnes autour de lui.

Dans Solipsis, chaque utilisateur est directement connecté à ses voisins virtuels : les k entités qui sont les plus proches de lui dans le monde virtuel. Pour l’instant, nous avons fixé k à 15~20, mais c’est modifiable. Le navigateur affiche uniquement ces k voisins.

R.com : Que représente le cercle d’un point de vu pratique pour l’utilisateur ?

Gwendal : Le cercle sur le fond bleu est uniquement graphique. Il n’a pas d’impact.

R.com : Pourra-t-on faire des recherches facilement ? (d’utilisateurs, de contenus, de blogs hébergés sur ce réseau, de fichiers…)

Gwendal : Pour l’instant, nous pouvons faire des recherches dans notre voisinage. C’est-à-dire qu’il est possible de rechercher des contenus parmi nos voisins immédiats. Une balade virtuelle peut permettre de dénicher des possesseurs de contenus. C’est aussi le principe derrière Solipsis : on rencontre des gens, on discute avec eux et ils nous font découvrir de nouveaux contenus.

Joaquin : Dès que Solipsis dépassera quelques centaines d’utilisateurs, le besoin de faire le tri dans la masse des données et de faire son choix entre différents lieux de rencontre se fera fortement sentir. Il existe plusieurs façons d’aider les utilisateurs à s’orienter dans le monde. Le « moteur de recherche » est l’un de ces modes mais c’est surtout les liens établis par solipnautes, les efforts collectifs d’organisation et de classification, qui permettront la construction d’un monde intelligible. N’oublions pas que Google ne fait qu’exploiter les liens html maintenus par des millions d’internautes.

R.com : Beaucoup de logiciels de P2P ont tendance actuellement à crypter les échanges en tentant de masquer les IP des utilisateurs, de crypter les données échangées par ces utilisateurs… Pensez-vous que c’est actuellement nécessaire ? Pour le secret de la correspondance, la vie privée, éviter d’être profilé dans un but mercantile…

Gwendal : Je crois surtout que cela vise à éviter les problèmes judiciaires ;-) Toute barrière possède un contournement technologique. C’est ce qui fait avancer la recherche et c’est ce qui pousse de plus en plus de programmeurs à s’investir vers des solutions qui les satisfont.

Joaquin : Comme beaucoup d’autres fonctionnalités, les darknets se développeront sur Solipsis si les utilisateurs en ressentent le besoin. Le logiciel étant sous licence libre, France Télécom ne participera pas nécessairement à ces développements.

Site Officiel de Solipsis :

http://solipsis.netofpeers.net

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés