Sony songe à s'inspirer de Spotify pour lancer un système de location de jeux illimité contre abonnement. C'est ce qu'a indiqué le président de Sony Computer Entertainment Europe (SCEE), Jim Ryan. De nombreux défis techniques vont toutefois s'imposer au géant japonais.

L’industrie du jeu vidéo va-t-elle marcher dans les pas de l’industrie musicale ? Alors que le streaming est en train de supplanter définitivement le le téléchargement pour écouter de la musique sur ordinateur, selon un sondage réalisé par GfK, quelques acteurs du jeu vidéo envisagent de s’inspirer du modèle développé par les principales plates-formes de streaming.

C’est le cas de Sony, qui songe à développer un « Spotify du jeu vidéo ». Dans un entretien accordé au Nouvel Observateur, le président de Sony Computer Entertainment Europe (SCEE), Jim Ryan, a reconnu que l’entreprise réfléchissait à un système de location de jeux illimité contre abonnement. En effet, la PlayStation Vita de Sony accentue un peu plus la tendance de la dématérialisation des contenus.

« C’est effectivement quelque chose que nous étudions. Pour l’heure, nous n’avons pas d’annonce à faire. Mais l’idée d’offrir la possibilité d’accéder à des jeux, des contenus et autres contre un abonnement mensuel, est quelque chose que nous étudions. Nous y réfléchissons sérieusement » a-t-il expliqué à l’hebdomadaire. Reste à voir la faisabilité d’un tel dispositif, dans la mesure où la dématérialisation des jeux ne fait pas l’unanimité.

Rappelons en effet qu’avec la PSP Go, certains distributeurs de consoles et de jeux vidéo de premier plan ont refusé de vendre l’appareilou de le mettre en avant. Des enseignes françaises comme Micromania, Games et la Fnac avaient reproché à Sony d’avoir retiré le lecteur UMD de la console portable, empêchant l’achat chez elles de jeux vidéo neufs ou d’occasion.

Se pose également la question du poids des jeux vidéo actuels, autrement plus important que n’importe quel fichier musical. Si Sony est convaincu que la dématérialisation des jeux vidéo finira par s’imposer, les réseaux actuels ne sont pas encore suffisamment performants pour se passer des disques optiques. Dès lors, l’émergence d’un Spotify du jeu vidéo n’est sans doute pas pour demain.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés