Par Alban Martin : Aujourd'hui, les entreprises qui proposent des services à d'autres entreprises font ce que l'on appelle du "B2B" (Business to Business). D'autre part, Les entreprises qui proposent des produits pour le grand public font ce que l'on nomme communément du "B2C" (Business to Consumer). Du moins était-ce vrai jusqu'au Peer to Peer (P2P).

Le P2P ajoute une nouvelle dimension dans la relation entre l’entreprise et ses clients. En effet, le circuit habituel et unilatéral qui consistait pendant longtemps, pour les maisons de disques, à vendre un CD à un client unique et donné (B2C), devient petit à petit obsolète. Le P2P a ajouté dans certains cas une médiation et une nouvelle valeur. On assiste même aujourd’hui au B2 [P2P] 2B.

Illustrations :

1) La Major vend le CD à un client qui le partage avec ses Pairs via les réseaux P2P (c’est le Business to Peer-to-Peer). Puis ce pair remixe les morceaux par exemple en un nouveau hit. Les exemples de tels succès ne manquent pas, comme le DJ Danger Mouse qui s’est fait connaître en remixant l’album blanc des beatles et l’album noir de Jay Z. Enfin ce remix fait par un pair pourrait alors être commercialisé par une major (d’où le Peer-to-Peer to Business).

2) Une major vient de produire un nouvel album, et ne sait pas s’il est assez bon pour être lancé sur le marché à grande échelle. La Major prend l’initiative de mettre les morceaux à disposition sur les réseaux P2P pour tester leur popularité (c’est le Business to Peer-to-Peer). Les Pairs s’échangent les morceaux, donc le trafic est évalué à des fins marketing. L’album « extraordinary machine » de Fiona Apple par exemple n’est pas encore sorti, mais s’échange sur les réseaux dans des volumes laissant envisager un gros hit. La major récupère les données de ce test à grande échelle auprès des fans (c’est le Peer-to-Peer to Business), et décide ou non de distribuer l’album.

Deux remarques peuvent alors être faites :

1) Tout d’abord, le fait de passer par les réseaux P2P pour tester la popularité d’un artiste n’est pas forcément un pré-réquis (j’imagine mal tester la popularité du prochain White Stripes sur eMule). Le passage par la case « P2P » a plus de sens pour de jeunes artistes, si tant est qu’ils arrivent à obtenir une certaine visibilité sur ses réseaux. Néanmoins, en observant l’activité sur les réseaux P2P, les Majors arrivent à tirer des classements d’artistes avec le vent en poupe, à des fins marketing. L’accord entre Nielsen Entertainment et BigChampagne va dans ce sens là (Nielsen, un institut de sondage qui s’occupe entre autres des mesures d’audience musicales américaines, a récemment noué un partenariat avec le spécialiste de l’audience des réseaux P2P, BigChampagne, ndrlc).

2) Quant à utiliser le P2P pour diffuser des hits déjà certains, on peut l’envisager plus dans une optique de seconde vie, de remise aux goûts du jour d’un ancien titre phare, en laissant les fans le remixer avec de nouvelles sonorités, plus dans le vent. D’ailleurs, de nombreux groupes dont les Black Eyed Peas ou Jay Z mettent à disposition de leurs fans les enregistrements a capella de certains tubes, pour faciliter les remix, le buzz, et le maintien en vie de leurs titres…

Le P2P n’est certes pas un passage obligé dans tous les cas ; il s’agit plutôt d’un nouveau moyen de considérer les clients non plus comme de simples « Consommateurs » (B2C), mais comme des partenaires économiques à part entière,  » des Pairs « .

Alban Martin
Auteur du livre «  The Entertainment Industry is Cracked, Here is the Patch ! « , aux éditions Publibook, il dirige le site cocreation.fr dédié à la co-création de valeur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés