Supprimer le droit à la copie privée pourrait être le nouveau cheval de bataille de l'industrie américaine du disque. Une nouvelle étude que la RIAA a commandé au NPD Group montre que les CD gravés comptent pour 29% de la musique véhiculée, contre 16% pour le P2P.

Mitch Bainwol, le grand patron de la RIAA (Association Américaine de l’Industrie Phonographique), considère que « la gravure de CD est un problème qui est véritablement en train d’ébranler les ventes« . Et bien sûr, les systèmes de protection contre la copie, aussi inefficaces soient-ils, sont « une réponse au problème« , selon Brainwol. Le président de la RIAA annonce ainsi une multiplication du nombre de ces systèmes de protections qui vont pourtant contre la liberté des clients.

L’étude du NPD Group (.pdf) montre que près de 9 « ventes perdues » sur 10 ont été remplacées via un CD emprunté. Le P2P n’est utilisé que dans 12 % des cas, alors que 44 % des CD non achetés ont été obtenus en copiant celui d’un ami, d’un collègue ou d’un voisin…

Aucune étude n’a encore démontré d’impact positif des systèmes de protection sur les ventes d’albums.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés