Napster annonçait mercredi qu'il irait conquérir le marché japonais de la musique en ligne en s'allait avec le plus grand disquaire du pays, Tower Records Japan, également éditeur du plus populaire des magazines musicaux au pays. Ils devront faire face à la concurrence d'Apple, puisque la firme de Cupertino a annoncé dans le même temps l'introduction d'iTunes sur le marché japonnais.

En nombre de disques vendus, le Japon est le deuxième marché au monde, après les Etats-Unis. Une destination de choix pour les distributeurs de musique numérique, qui se heurtent bien sûr aux particularités économiques et culturelles du pays. C’est sans doute pour éviter d’être victime d’un choc culturel trop important que Napster a choisi (pour la première fois) de s’en remettre à un partenaire local pour exporter son service. Apple, lui, pense qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Son iTunes Music Store japonais aura les mêmes fonctionnalités que les occidentaux, mais des accords ont été passés avec au moins 15 maisons de disques locales pour pouvoir fournir du contenu japonais aux utilisateurs. Apple abandonne également sa politique de tarification unique, puisque 10 % des titres seront vendus 200 yens (1,46 Euros), contre 150 (1,10 Euros) pour la majorité restante. Avec ces prix, iTunes casse toutefois le marché puisque Mora, le service offert chez lui par Sony, propose ses titres à 210 yens.

Sony, c’est justement la cible attaquée par Apple. Le but n’est pas tellement de vendre des morceaux de musique, mais plutôt d’aider à imposer l’iPod au pays du soleil levant. Actuellement 27 % des baladeurs à base de mémoire flash sont des modèles Sony, le Shuffle d’Apple n’arrivant qu’en seconde position. L’arrivée d’iTunes au Japon devrait « porter l’attention à la fois sur iTunes et sur l’iPod« , estime Greg Joswiak, un responsable des ventes de l’iPod chez Apple.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés