Ils ont tous reculé. Après Numericable et Free, qui ne sont pas membres de la FFT dont était issu le document révélant les intentions des opérateurs, Bouygues Télécom, SFR et même Orange ont fait savoir qu'ils ne songeaient pas à abandonner l'illimité sur l'internet fixe.

Mise à jour 2 : et voilà qu’Orange, qui avait pourtant confirmé vendredi vouloir lutter contre ses clients les plus consommateurs, fait à son tour marche arrière. L’opérateur, confronté à la désertion de tous ses concurrents et néanmoins partenaires au sein de la Fédération Française des Télécoms, a fait savoir lundi après-midi que « la fin de l’Internet fixe illimité n’est pas à l’ordre du jour chez Orange France« . Rassurez-vous, l’augmentation des consommations de bande passante ne les mettra pas en faillite tout de suite

Mise à jour : SFR laisse Orange seul défenseur du projet. Dans un tweet, l’opérateur filiale de Vivendi a fait savoir qu’il n’y avait « pas de projet en ce sens chez SFR« , ce qui ne veut toutefois pas dire qu’il l’exclut totalement.

Voilà qui isole un peu plus Orange, seul opérateur à avoir explicitement ouvert la porte à la fin de l’internet illimité sur ses forfaits fixes, pour lutter contre « 1 % des gens qui downloadent des films toute la journée ». Alors que Free et Numericable ont déjà pris leurs distances avec cette proposition, Bouygues Télécom a fait savoir dans un court communiqué que « les offres internet fixes Bbox de Bouygues Telecom demeureront illimitées pour tous les clients« .

Depuis le début de la polémique, seul SFR ne s’est pas encore prononcé officiellement. Toutefois dans Le Parisien, le directeur général de la Fédération Française des Télécoms, Yves Le Mouël, assurait que « les présidents d’Orange et de Vivendi (maison mère de SFR, ndlr) ont déjà fait savoir qu’ils étaient pour la différenciation des offres et qu’on ne pouvait continuer à avoir une infime partie de consommateurs qui monopolisent une grande partie de la bande passante« .

Le fait que les opérateurs concurrents continuent de proposer des forfaits internet illimités pourrait cependant ne pas freiner Orange et SFR, s’ils décident de commercialiser moins chers leurs forfaits bridés. Le risque étant alors qu’ils associent la partie « internet limité » de leur offre à une partie « services illimités » qui offre un accès sans limite à leurs propres sites et services, ou à ceux de leurs partenaires commerciaux.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés