Plus de 25 000 coréens ont décidé de rejoindre une action judiciaire lancée contre Apple pour obliger la firme américaine à indemniser les possesseurs d'iPhone, dont les données de géolocalisation étaient stockées sur leur appareil à leur insu.

Les Américains n’ont pas le monopole des class actions. Alors qu’en France les associations de consommateurs n’arrivent pas à imposer l’instauration d’une action de groupe, qui permettrait de regrouper de nombreuses victimes autour d’une même plainte, 26 691 sud-coréens ont profité de l’existence d’une telle procédure en Corée du Sud pour attaquer Apple.

Ils reprochent à la firme de Cupertino d’avoir stocké sur leur iPhone les données de géolocalisation qui permettaient de savoir précisément où se trouvait l’utilisateur à quel moment. Même s’il n’a jamais été démontré qu’Apple pouvait récupérer ces données à distance, ou les transmettre à des partenaires, les plaignants estiment qu’il s’agit d’une violation de leur vie privée, comme l’a reconnu la justice sud-coréenne. Elle a ordonné il y a plusieurs semaines une première indemnisation d’un million de wons (648 euros) à un plaignant, ouvrant ainsi la porte à l’action collective qui ne coûte pas cher mais peut rapporter gros.

Si l’avocat qui porte l’action réussit à convaincre le tribunal, ce sont plus de 17 millions d’euros que devra verser Apple, ce qui ne représente toutefois qu’une goutte d’eau pour l’entreprise qui a généré l’an dernier plus de 65 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

Apple a mis à jour iOS en mai 2011 pour mettre fin au stockage des données de géolocalisation, ce qui n’a pas totalement rassuré les régulateurs en charge de la protection de la vie privée. En France, au début du mois, la CNIL a prévenu qu’elle menait une enquête, qui pourrait aboutir à une amende, pour « manquement caractérisé » d’Apple qui n’a pas répondu à certaines interrogations.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés