Les opérateurs de réseau mobile virtuel continuent de percer en France. Le dernier observatoire de l'Arcep montre que les MVNO ont désormais une part de marché dans la téléphonie mobile de 9,4 %. Elle n'était que de 4,7 % il y a deux ans. Mais l'arrivée prochaine de Free Mobile dans l'arène devrait bouleverser la croissance des MVNO.

Décidément, le succès des opérateurs de réseau mobile virtuel (MVNO) se confirme mois après mois. Depuis plus de deux ans, la part de marché des opérateurs virtuels dans le secteur de la téléphonie mobile ne cesse de progresser. Selon le dernier observatoire trimestriel établi par l’Autorité de régulation des télécommunications (Arcep), les MVNO pèsent un peu moins de 10 % du marché métropolitain.

Au mois de juin 2011, l’Arcep a comptabilisé – selon des chiffres provisoires – près de 6 millions de Français sous contrat avec un opérateur virtuel, soit 9,4 % de parts de marché. Celle-ci a véritablement doublé depuis juin 2008. À l’époque, les Français n’étaient « que » 2,5 millions, soit 4,7 %, à ne pas être sous contrat chez l’un des trois grands opérateurs de télécommunications français (Orange, SFR ou Bouygues Télécom).

Le développement de la part de marché des MVNO en France est essentiellement causé par deux facteurs. Tout d’abord, le choix d’une politique commerciale agressive destinée à aspirer un maximum de mobinautes encore sous contrat avec un opérateur de téléphonie mobile. Ensuite, l’occasion de résilier sans frais suite à la hausse de la TVA a permis à beaucoup d’abonnés de partir sans attendre la fin de leur période d’engagement.

Ce constat, fait par l’UFC-Que Choisir, avait également été repris par une députée socialiste. « Si l’offre des MVNO s’est significativement améliorée, cette hausse s’explique aussi par l’opportunité, pour certains consommateurs, de résilier leur abonnement suite à la hausse de la TVA. L’occasion de résilier sans frais a donc été saisie par nombre de consommateurs » notait-elle dans une question écrite.

Après plus de deux ans de hausse, les MVNO risquent cependant de connaître un certain ralentissement dans les mois à venir. Voire un léger recul. En effet, un quatrième opérateur va prochainement arriver sur le marché de la téléphonie mobile. Il s’agit bien entendu de Free Mobile, qui est l’heureux détenteur de la quatrième licence 3G, attribuée en 2009 par l’Arcep.

Et Free, pour se faire une place dans un marché complètement saturé, n’aura pas d’autres choix que de séduire des abonnés se trouvant chez les opérateurs classiques ou chez les opérateurs virtuels. La bataille s’annonce rude pour tout le monde. Mais au final, le consommateur devrait en sortir vainqueur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés