Microsoft a sorti de la beta son programme Windows Genuine Advantage, désormais imposé pour toutes les mises à jours non critiques de Windows.

La relation qu’entretient Microsoft avec le piratage a toujours été des plus ambigües. Officiellement le géant de Redmond lutte activement contre la copie illégale de ses logiciels, et ferait tout pour éviter que les Windows et autres Microsoft Office ne se retrouvent illégalement gravés sur des CD vierges.

Officieusement, la firme de Bill Gates a toujours trouvé un intérêt à voir ses logiciels disséminés dans la nature. Une copie illégale de Windows installée sur un PC est toujours un PC sous Windows (1/3 du parc Windows en France, selon Microsoft). Elle permet d’établir encore un peu plus la domination du système d’exploitation face à d’éventuels concurrents. C’est en bonne partie grâce au piratage que le format .doc s’est imposé comme standard pour les documents texte.

Toutefois, Microsoft a choisi de durcir sa politique, en misant sur la valeur ajoutée des versions officielles de Windows.

Désormais, l’accès à Windows Update déclenche un contrôle ActiveX qui vérifie la validité de la clé Windows. L’utilisateur peut ensuite télécharger toutes les mises à jour du système, mais aussi des logiciels complets tels que Photo Story ou le programme AntiSpyware. Des programmes de formation sont également accessibles à ceux qui ont bien acheté leur version de Windows. Lors de la vérification, seul la Clé Produit est transmise. Aucune information personnelle n’est envoyée aux serveurs de Microsoft, qui mise davantage sur la sensibilisation que sur la répression.

b>Les utilisateurs pirates n’auront accès qu’aux mises à jour de sécurité

« Au cours des dix mois de la phase pilote de WGA, nous n’avons cessé de recevoir des encouragements de la part des utilisateurs – plus de 40 millions de personnes au total se sont authentifiées soit plus de 50 % des utilisateurs – qui, sensibilisés à la prolifération du piratage, ont volontairement pris part au programme« , se convainc Will Poole, Senior vice-président de la division Windows Client de Microsoft.

En réalité, c’est probablement beaucoup plus l’accès aux mises à jour que la collaboration aux politiques anti-piratage qui a motivé les internautes.

Peu importe, Microsoft prouve là que versions pirates et versions commerciales peuvent coexister avec une réelle valeur ajoutée pour les secondes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés