Sony BMG vient de remettre un chèque de 10 millions de dollars pour régler à l'amiable une affaire de corruption qui secoue toute l'industrie du disque. En cause : les dessous de table qui assurent aux labels de voir leurs titres diffusés sur les antennes.

C’est tout un système de corruption organisée qu’a décrit hier l’avocat général de l’Etat de New York, Eliot Spitzer, en annonçant que Sony BMG acceptait de régler l’affaire à l’amiable. Le magistrat a fouillé pendant un an dans les nombreux cadeaux qui permettent aux maisons de disques de convaincre DJs et responsables de radio de passer leurs titres à l’antenne.

Généralement, la corruption s’installe par de petits cadeaux qui se veulent aussi discrets que nombreux. Un directeur des programmes s’est vu par exemple offrir un ordinateur portable, des jeux pour PlayStation 2 et un petit séjour de campagne avec sa petite amie. Un animateur a lui reçu une paire de baskets Adidas, avec la promesse d’en recevoir une autre quand la chanson A.D.I.D.A.S. de Killer Mike aura été jouée 10 fois dans son émission. Additionnés, ces petites attentions comptent pour plusieurs millions de dollars de rétributions formellement prohibées par les lois fédérales américaines, qui interdisent aux radiodiffuseurs d’accepter quelconque paiement en échange de leur programmation.

Parfois, c’est directement de l’argent et de l’équipement qui rentre dans les portefeuilles des stations, pour les « aider » à diffuser les titres de la maison de disques. Des agents externes se placent également entre les maisons de disques et les radios pour jouer les intermédiaires. Ils demandent aux radios leurs playlists, et signent un chèque d’autant plus gros qu’il y a de titres « intéressants » de diffusés à l’antenne. La maison de disque rembourse alors le promoteur et lui remet une petite commission pour ses bons et loyaux services.

Une pratique que Sony BMG s’est engagé à abandonner. Au terme du règlement, le groupe qui représente un quart de la musique mondiale a reconnu que « différents employés ont eu recours à des pratiques de promotion radio, au nom de la société, qui étaient mauvaises et incorrectes, et [elle] s’excuse d’une telle conduite« . Le responsable de promotion du label Epic a été remercié, et quatre autres directeurs à Sony Urban et Epic ont été sanctionnés.

Le groupe est la première maison à être ainsi épinglée par Spitzer, mais les investigations devraient rapidement se porter sur les trois autres majors du disque : Vivendi Universal, Warner Music Group et EMI Group.

« Ca n’est pas joli, ce que nous voyons c’est que la corruption est dominante« , a indiqué Spitzer à la presse. « Elle est omniprésente. Elle dirige l’industrie, et c’est mauvais« .

Surtout, « Sony BMG et les autres maisons de disques présentent au public une image faussée des ‘meilleurs’ morceaux de musique du pays, et des titres les ‘plus populaires’« .

La situation est-elle plus saine en France ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés