Les magistrats qui composent la Commission de protection des droits (CPD) de l'Hadopi invitent ceux qui le souhaitent à venir poser leurs questions lundi après-midi, lors d'une réunion d'explication de la riposte graduée.

Après l’opération de communication pour le label PUR, l’Hadopi se remet à communiquer autour de la riposte graduée. La Haute Autorité pour la Diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) organise lundi prochain, le 11 juillet 2011 de 15h à 17h, une rencontre publique à Paris. La présidente de l’Hadopi Marie-Françoise Marais et la présidente de la Commission de protection des droits (CPD), Mireille Imbert-Quaretta, seront présentes pour expliquer la réponse graduée et répondre aux questions que le public se pose.

La réunion est ouverte à tous mais la participation se fait sur inscription.

Selon les chiffres connus, 420 000 mails ont été envoyés entre septembre 2010 et juin 2011, 3 500 courriers recommandés ont été reçus par la Poste, et 10 abonnés ont été invités à expliquer leurs multirécidives devant la CPD. Le rythme de l’envoi des avertissements a cependant beaucoup accéléré ces derniers mois et ces dernières semaines, avec plus de 3000 mails envoyés chaque jour désormais.

Deux heures seront-elles suffisantes pour expliquer pourquoi l’envoi de ces avertissements se fait avant la labellisation des moyens de sécurisation, pourquoi des PV de constat de contrefaçons sont censés constituer les seules preuves de non sécurisation de l’abonnement, dire quelle est l’action (ou l’inaction) de l’Hadopi contre le streaming, ou encore expliquer pourquoi l’Hadopi refuse de transmettre leurs PV aux abonnés avertis ? Saura-t-elle expliquer pourquoi la riposte graduée continue alors que la CNIL vient de dénoncer les failles de sécurité du prestataire TMG ? Ou encore pourquoi il est PUR d’aller sur Deezer alors qu’Universal Music l’attaque en contrefaçon ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés