"Les producteurs indépendants de musique veulent rompre avec le ton provocateur des majors pour faire passer leur message antipiratage", note ZDnet à propos de la campagne de sensibilisation anti-piratage lancée par les producteurs indépendants. Raté.

L’UPFI (Union des producteurs phonographiques français indépendants) et la SCPF (Société civile des producteurs de phonogrammes en France) veulent imiter leurs grandes soeurs les majors en lançant une campagne de communication à destination des jeunes pirates. En 2004, les SCPP et SNEP avaient communiqué avec le fameux doigt d’honneur placé derrière les barreaux. Mal interprétée, la pub faisait croire à un doigt d’honneur lancé aux internautes alors que l’image devait représenter l’inverse.

Cet été, ce sont les indépendants qui nous envoient deux spots vidéo, avec comme slogan : « hey Craignos, la musique c’est pas gratos ! ». Diffusés en juillet sur MCM et la nouvelle chaîne NRJ12, les spots seront également proposés sur les sites des principaux fournisseurs d’accès à Internet.

La première vidéo (.rm) montre un jeune en scooter qui se vante d’avoir téléchargé de la musique pour la mettre sur son iPod, plutôt que de l’avoir achetée. Son « ami » s’indigne (« tu l’as piqué ? Chouré, volé, pillé ? »), et lui vole son scooter avec la petite leçon de morale qui va bien : « Tu sais ce qu’on dit ? Qui vole un oeuf vole un boeuf« .

La seconde (.rm), qui se veut certainement toute aussi irrésistiblement drôle, joue sur la fibre du romantisme. « Joyeux anniversaire ma chérie (…) J’ai piraté toute cette musique sur Internet« . « Comment ça piraté ?« , s’énerve la demoiselle. « Ben piraté, comme je t’ai piraté le coeur !« . S’ensuit alors une violente dispute où la jeune femme finit par quitter son homme.

Toi aussi, apprends les synonymes

« Et ça aussi [une bague], tu l’as piqué, pillé, pompé, chourré, volé ? Un p’tit clic dans la tronche du bijoutier ? (…)
T’es pas un pirate, t’es un radin, rapace, raz-les-paquerettes. Et le top du top, c’est que c’est ras-le-bol
« 

Pas de doute, avec des messages aussi choquants, les jeunes arrêteront de pirater et iront sagement dépenser tous leur argent de poche à la Fnac…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés