Lorsque nous avons parlé d'Indy lundi dernier, le succès du logiciel de promotion de la musique libre a été immédiat. Vous êtes déjà 600 à l'avoir téléchargé sur Ratiatum, et sans aucun doute bien plus encore à partir du site officiel. Pour répondre à l'affluence inattendue des utilisateurs, c'est immédiatement vers le P2P que se sont naturellement tournés les concepteurs d'Indy.

Rappelons que les concepteurs d’Indy ne sont autre que Ian Clarke (connu pour avoir été le créateur de Freenet) et son frère, Andrew, « trop timide pour avoir son propre site Internet« . « Je peux honnêtement dire que je n’avais jamais vu des réactions pareilles avant Indy« , s’enthousiasmait Ian Clarke sur son blog après la sortie de la première version du logiciel. L’ensemble des internautes ont accueilli Indy les bras ouverts, comme s’il s’agissait de l’idée la plus géniale que Ian Clarke ait eu depuis Freenet, alors qu’il l’avait emprunté entre autres à iRate, le premier du genre.

Indy permet d’écouter uniquement de la musique libre, et propose automatiquement les morceaux que l’auditeur est le plus susceptible d’apprécier, grâce à un système de notations aussi simple qu’efficace. Si l’utilisateur d’Indy apprécie particulièrement un morceau, il va lui donner une note de 5/5, et il se verra proposé des morceaux très bien notés par ceux qui avaient également donné 5 au morceau précédent. Il se forme ainsi des groupes sociaux invisibles aux goûts similaires, où la qualité de l’offre est filtrée automatiquement par les choix des autres auditeurs. Après une poignée de notations, l’utilisateur novice se retrouve souvent confronté à de la musique qu’il aime écouter…

Toutefois le succès fulgurant d’Indy n’était pas prévu, et le logiciel avait une faille importante puisque le téléchargement des morceaux reposait sur les espaces de stockage individuels proposés par chaque artiste sur leur site officiel respectif. Quelques artistes ont très vite croulés sous les demandes et les serveurs ont explosé.

Pour remédier à ces difficultés, c’est tout naturellement que Ian Clarke, déjà expert en P2P, s’est tourné vers des solutions distribuées. Ainsi la build 8 de la version 0.1 d’Indy se repose maintenant sur Coral pour télécharger les fichiers MP3. CoralCDN est un « réseau peer-to-peer de distribution de contenus web, décentralisé et auto-organisé« , totalement transparent pour l’utilisateur. Il suffit en effet d’ajouter .nyud.net:8090 à une URL pour qu’elle soit téléchargée et distribuée par le réseau Coral.
Ian Clarke prévoit toutefois de modifier cette distribution et d’utiliser à la place un outil du même genre : Dijjer.

Il faut dire que Dijjer a un atout de taille. C’est Ian Clarke lui-même qui lui a donné naissance, avec comme objectif de faire encore mieux que BitTorrent…

Télécharger Indy :

Indy 0.1 Build 8

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés