Deux ans après son lancement, Spotify a enfin atteint le cap du million d'abonnés. Disponible uniquement en Europe, le service aimerait séduire les maisons de disques afin de percer au plus vite aux USA. Le ratio entre les utilisateurs payants et les utilisateurs gratuits risque toutefois de ne pas satisfaire totalement les majors. Seuls 15 % des utilisateurs paient effectivement pour le service, les 85 % optant pour l'offre gratuite.

C’est une communication bienvenue, à l’heure où Spotify souhaite boucler une levée de fonds de 100 millions de dollars pour soutenir son développement eu Europe et préparer son lancement sur le marché nord-américain. Dans un billet de blog publié ce mardi, la firme suédoise à l’origine du très populaire service de streaming musical vient d’annoncer avoir franchi le cap du million d’abonnés premium.

Dans un communiqué, le cofondateur du service Daniel Ek explique que « le ratio d’utilisateurs payants par rapport au nombre d’utilisateurs gratuits actifs est maintenant de 15 %« . Cela signifie qu’il y a au total un peu plus de 6,6 millions d’utilisateurs de Spotify en Europe. Autrement dit, près d’un utilisateur sur six a souscrit un abonnement premium.

2010 aura été une année de forte progression pour Spotify. Absent aux États-Unis, le service comptait à peine 320 000 abonnés payants en mars. Quelques mois plus tard, au cours de l’été, ce nombre est passé à 500 000, puis à 750 000 au mois de décembre. Il faudra encore attendre un peu plus de trois mois pour que soit atteint le palier du million d’inscrits.

Mais s’il s’agit indéniablement d’une bonne nouvelle pour le service suédois, aucune précision n’est apportée sur la manière dont ce million d’abonnés se répartit entre les différentes offres. Spotify propose deux types d’abonnement payants, dont la facturation passe du simple au double. La première, Spotify Unlimited, coûte 4,99 euros par mois, tandis que la seconde est disponible pour 9,99 euros.

Dans le premier cas, Spotify permet d’accéder à l’écoute illimitée de musique sans aucune interruption publicitaire. Dans le second cas, Spotify met à disposition de nombreux services supplémentaires, comme le mode hors ligne, la qualité sonore revue à la hausse, le support des téléphones mobiles ou l’accès à des contenus exclusifs.

Si pendant longtemps le faible nombre d’abonnés payants à Spotify a été un facteur de discorde entre les maisons de disques et le service de streaming, l’annonce du million d’inscrits à une offre payante devrait faciliter les négociations entre les deux parties. Les majors ne sont pas disposées à ouvrir leur catalogue sans un minimum de garanties, et les seuls revenus publicitaires de l’offre gratuite ne suffisent pas.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés