Google expérimente dans la version beta de l'application mobile Google Maps Navigation le calcul d'itinéraires routiers alternatifs en fonction de la circulation en temps réel. Disponible pour l'heure sur les smartphones Android, l'application renseigne les automobilistes sur les conditions de circulation aux USA et dans certains pays européens, comme la France.

Les entreprises spécialisées dans les systèmes de navigation par GPS n’ont qu’à bien se tenir ! Alors que Google propose déjà des informations en temps réel sur l’état du trafic routier dans de nombreux pays du monde via son service Maps, le géant américain entend désormais calculer de nouveaux itinéraires pour les automobilistes, afin de leur permettre d’éviter les embouteillages.

Jusqu’à présent, Google affichait des informations en temps réel sur l’état de la circulation. Les utilisateurs pouvaient ainsi connaître la position des embouteillages autour d’eux, et réfléchir à un autre trajet pour les éviter. Cette fois, Google Maps Navigation va proposer directement un itinéraire alternatif en cas de bouchon sur la route.

« Navigation choisissait la route la plus rapide sans tenir compte des conditions de circulation. Le service proposait aussi des itinéraires alternatifs, comme le chemin le plus court ou celui passant par les grands axes routiers plutôt que par des voies de moindre importance » a expliqué Roy Williams sur le blog officiel de Google Mobile.

« À partir d’aujourd’hui, nos algorithmes vont aussi s’appuyer sur notre connaissance du trafic passé et actuel pour sélectionner le trajet le plus rapide« , afin de « vous guider automatiquement sur le meilleure itinéraire en fonction des conditions de circulation » a-t-il ajouté.

Disponible pour le moment en version beta pour les smartphones Android, l’application mobile Google Maps Navigation propose trois couleurs (vert, jaune et rouge) pour décrire les conditions de circulation des grands axes routiers. Ce service couvre de nombreuses routes aux États-Unis et en Europe (notamment le Royaume-Uni, l’Italie et la France).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés