Les négociations entre Spotify et les quatre majors du disque progressent à des rythmes variables. Si Spotify a déjà conclu un accord avec Sony, le service suédois devait encore convaincre les trois autres labels. Selon une information de MediaMo, Spotify a signé avec EMI et pourrait bien convaincre Warner dans la foulée.

L’horizon se dégage pour Spotify. Après avoir signé un premier accord avec Sony BMG le mois dernier, le service d’écoute de musique en ligne a conclu un partenariat avec EMI, selon une information de l’un des blogs d’All Things Digital. Spotify, qui cherche à se lancer sur le marché américain depuis deux ans, doit encore convaincre les deux grands autres labels de musique, Universal et Warner.

Après Sony BMG et EMI, la prochaine major à franchir le pas pourrait bien être Warner. Son directeur exécutif, Edgar Bronfman Jr, a en effet montré un certain intérêt au modèle économique utilisé par Spotify, à l’occasion de la présentation des derniers chiffres de son groupe. Or, le même Edgar Bronfman Jr avait pourtant été très critique en 2010 envers ces nouveaux services.

« La stratégie qui consiste à proposer toute la musique que vous voulez gratuitement, et ensuite peut-être vous faire migrer vers un tarif premium en agitant quelques clochettes n’est pas le genre d’approche commerciale que nous allons soutenir à l’avenir » avait-il février en mai dernier. En conséquence, Warner avait retiré son catalogue de plusieurs services, comme Jiwa.

Le volte-face d’Edgar Bronfman Jr ne s’est pas fait au hasard. Les concessions proposées par Spotify ont certainement amené le directeur de Warner Music à reconsidérer sa position. Les efforts consentis par le service suédois seraient essentiellement de deux ordres : l’augmentation du montant des sommes d’agent versées aux majors et l’arrivée de restrictions plus importantes pour l’offre gratuite, pour inciter les internautes à privilégier un abonnement payant.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés