Le Guide pour "adopter la net attitude", rédigé à destination des jeunes, ne fait pas l'unanimité au sein du corps politique. Martine Billard, député Vert, demande au gouvernement d'annuler sa distribution.

Le ministère de l’éducation nationale et le ministère délégué à la recherche ont annoncé la diffusion dans les collèges d’un guide du bon petit internaute (voir notre actualité du 23 mars).

450.000 exemplaires du guide seront ainsi distribués auprès des jeunes pour tenter de les convaincre d’abandonner le téléchargement illégal sur les réseaux P2P et de se pencher davantage vers les solutions de téléchargements légaux, si possible payants. Pourtant, « ni les associations de parents d’élèves, ni les syndicats d’enseignants, ni tout autre acteur de la communauté éducative n’ont été conviés à la rédaction de ce guide« , s’insurge Martine Billard.

A travers un communiqué, la député « dénonce le fait que la logistique de l’Education nationale a ainsi été mise à la disposition de sociétés privées – comme Vivendi Universal ou la SACEM – pour diffuser une vision partisane et tronquée du droit d’auteur« .

L’élue parisienne s’indigne surtout de voir que le guide se prononce sur des questions juridiques très délicates alors même que le jugement de Pontoise (qui a condamné un enseignant à 10.200 euros de dommages-intérêt) est suspendu à la décision des juges d’appel.

« Le contenu de ce guide ressemble plus à de la publicité pour les sites de vente en ligne qu’à un document pédagogique expliquant de façon neutre aux jeunes internautes leurs droits et leurs devoirs

« L’école républicaine n’est pas un lieu de propagande pour multinationales, et il n’appartient pas aux pouvoirs politiques d’anticiper des décisions de justice dans un guide distribué à grande échelle dans des établissements scolaires.« 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés