À en croire le ministère de la culture, la Carte Musique Jeune s'en tire plutôt bien. Depuis son lancement fin octobre, 50 000 cartes auraient été vendues. Mais ce nombre est en total décalage avec de précédentes informations et le trafic Internet autour du site web de l'opération.

C’est une information bien étrange qu’a fourni le ministère de la culture et de la communication au quotidien économique Les Échos. Depuis son lancement fin octobre, l’opération Carte Musique Jeune serait un succès. Pas moins de 50 000 cartes auraient été vendues aux 12 – 25 ans. Mais dans les faits, ce nombre semble en total décalage avec la réalité.

La semaine dernière, le porte-parole du Parti pirate français avait en effet remarqué la présence d’une variable « technicalID » dans la structure du lien de vérification. Après quelques tests, il s’est avéré que cette variable s’incrémentait d’une valeur supplémentaire à chaque nouvelle entrée dans la base de données de la plate-forme. Vendredi midi, la variable technicalID présentait le nombre 22 138. Un chiffre abyssal, plus d’un mois après le lancement de l’opération.

Suite à la remarque du porte-parole du Parti pirate, la variable technicalID a miraculeusement bondi de 30 000 valeurs en une seule journée. L’approche des fêtes de fin d’année aurait-elle poussé les 12 – 25 ans à se ruer sur les plates-formes légales de téléchargement ? Ou, devant ces piteux résultats, le ministère de la culture et de la communication a-t-il mis les mains dans le cambouis pour rectifier artificiellement le tir ?

En plus d’être indigne, défectueuse et ridicule, l’opération Carte Musique Jeune est-elle également trompeuse ? Sans jeter l’opprobre sur une action qui cherche à développer l’offre légale en France, il faut cependant reconnaître que ces 50 000 cartes ne se reflètent pas dans le trafic du site web. Comme nous l’indiquions la semaine dernière, l’audience de la Carte Musique ressemble à un encéphalogramme plat.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés