Le Centre pour la Démocratie et la Technologie (CDT), basé à Washington, a demandé mardi à la Commission Fédérale du Commerce d'agir contre les sites "trompeurs" tels que Mp3DownloadCity.com.

Le flou artistique qui règne dans le domaine de la musique en ligne a évidemment apporter avec lui son lot d’escrocs. Certains, profitant de la naïveté du public, n’ont pas hésité à vendre des logiciels de P2P normalement gratuits avec des arguments convainquants tels que : « Téléchargez des MP3. 100 % légal ».

Mp3DownloadCity.com, MyMusicInc.com et Mp3DownloadHQ.com sont les trois sites visés par le CDT dans sa lettre à l’institution américaine chargée de veiller au respect des règles du commerce par les entreprises du pays. Selon le Centre, ces sites induisent volontairement le consommateur en erreur en faisant payer ce qui semble être une licence pour avoir le droit de télécharger des MP3 et des films à volonté, en toute légalité, « tout comme ils le feraient avec un service à abonnement licencié comme Rhapsody ou le nouveau Napster« .

« En fait, les utilisateurs ne reçoivent pas de telle licence, et s’ils suivent les invitations explicites des sites à télécharger des ‘films encore en salle’ ou de la musique des Beatles ou des Rolling Stones, ils pourraient faire face à une sérieuse responsabilité juridique« , précise l’organisation.

Le Centre pour la Démocratie et la Technologie cherche à protéger les consommateurs, et à assurer le développement des plateformes véritablement légales comme iTunes. « Les sites que nous avons visé aujourd’hui se servent des consommateurs honnêtes comme proies, en essayant de dominer le nouveau marché embrouillé des téléchargements légaux« , prévient le CDT, qui affirme que « leur publicité est clairement trompeuse« .

Parmi les trois sites visés, Mp3DownloadHQ.com a d’ores et déjà réagi en effaçant la mention « 100 % légal » de sa page d’accueil. Les deux autres semblent plus tenaces.

Comme le précise le Centre, il existe bien d’autres sites du même genre, mais la plupart semblent liés aux deux résistants. Elle encourage donc la FTC à enquêter pour démêler les liens et prendre les mesures nécessaires.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés