Sorti le 26 octobre en Europe et le 8 novembre en Amérique du Nord, Windows Phone 7 n'a visiblement pas connu un départ sur les chapeaux de roue. Lors de la conférence LeWeb, l'un des responsables du développement de la plate-forme mobile de Microsoft a systématiquement évité les questions portant sur le nombre de Windows Phone vendus.

Microsoft est-il en train de perdre son pari avec Windows Phone 7 ? Sorti le 21 octobre en Europe et le 8 novembre en Amérique du Nord, la nouvelle version du système d’exploitation mobile devait servir de tremplin pour relancer la firme de Redmond sur le marché des plates-formes mobiles. Or, Windows Phone 7 aurait reçu un accueil particulièrement tiède de la part des consommateurs.

C’est du moins ce que nous pouvons en déduire suite à la séance de Questions / Réponses entre Charlie Kindel, le directeur général « WP7 Developer Ecosystem », et Loïc Le Meur, le fondateur et animateur de la conférence LeWeb qui a ouvert ses portes aujourd’hui à Paris. Mashable a remarqué que Charlie Kindel a systématiquement éludé la question portant sur les ventes de smartphones sous Windows Phone 7.

Ce mutisme n’est généralement pas un très bon signe. Lorsque les ventes atteignent des records, les entreprises ne se font pas prier pour communiquer dessus. Il existe une myriade d’exemples, que ce soit Apple avec son iPad, Microsoft avec son Kinect ou Amazon avec son Kindle. Et même au cas où les ventes ne sont pas à la hauteur des espérances, il reste la possibilité de parler du nombre d’appareils écoulés auprès des revendeurs.

Charlie Kindel a néanmoins affirmé que les outils de développement dédiés à Windows Phone 7 ont été téléchargés plus de 750 000 fois et qu’une communauté de 50 000 développeurs s’est constituée autour de la plate-forme. Sans surprise, Microsoft a indiqué vouloir vendre énormément de téléphones sous Windows Phone 7 l’an prochain. Comme toutes les entreprises, en somme.

Soulignons toutefois que la carrière de Windows Phone 7 est toute récente. Cela fait à peine un mois que la plate-forme est disponible en Amérique du Nord. De plus, Microsoft se relance dans un secteur fortement concurrentiel, où des géants comme Apple et Google luttent pour attirer un maximum de mobinautes. Selon l’institut Nielsen, la part de marché de Microsoft est d’à peine 15 % (pour les deux premiers trimestres 2010).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés