La presse indienne rapporte que l'accord en cours de négociation entre Research In Motion (RIM) et le gouvernement indien est sur le point d'être finalisé. Celui-ci doit permettre aux services de sécurité d'accéder à certaines données privées.

L’accord entre Research In Motion (RIM) et le gouvernement indien n’a semble-t-il jamais été aussi proche. Citant des sources anonymes travaillant au ministère de l’intérieur indien, le quotidien indien Mint rapporte que les négociations entre les deux parties ont progressé ces derniers jours, en particulier sur la question des courriers électroniques professionnels.

« Ils (RIM, ndlr) ont accepté le principe de nous fournir des données enregistrées en provenance de leurs serveurs » a informé une source proche de ce dossier. « Ils nous ont assuré qu’ils vont d’abord régler cette question entre eux et trouver un moyen de répondre à nos demandes. Plus tard, il pourront nous fournir un accès direct au BlackBerry Enterprise Server (BES) » a-t-il ajouté.

Les négociations entre la société canadienne et les autorités indiennes bénéficient d’un report de l’ultimatum, initialement fixé au 31 octobre. Désormais, l’accord doit être finalisé au plus tard le 31 janvier 2010. Dans le cas contraire, l’Inde pourrait interdire à Research In Motion l’accès à son marché. Un coup dur pour RIM, qui a séduit pour l’instant plus d’un million de consommateurs.

Pour mémoire, l’Inde veut accroître sa capacité de surveillance sur Internet. En effet, le pays a des relations parfois instables avec le Pakistan, un voisin nucléaire secoué par des troubles internes. Par ailleurs, la situation tendue au Cachemire et les attaques terroristes qui ont frappé Bombay en 2008 obligent le gouvernement à accentuer la surveillance en ligne, quitte à égratigner la politique de confidentialité de certaines sociétés.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés