Hier, la FNAC a présenté sa première liseuse de livres électroniques. Intitulé Fnacbook, l'appareil suit les traces du Kindle d'Amazon, en proposant des caractéristiques semblables. Livré avec cinquante classiques de la littérature, le Fnacbook supportera une connexion WiFi et 3G.

La FNAC a visiblement décidé de marcher dans les pas d’Amazon. Alors que le site de commerce électronique américain a lancé sa première liseuse de livres électroniques il y a maintenant trois ans, la chaîne de magasins française est convaincue de pouvoir réitérer le succès du Kindle en France. Pour se faire, la FNAC lance son propre appareil électronique, le Fnacbook.

Conçu par Sagem Wireless, l’appareil arbore des caractéristiques très similaires au Kindle d’Amazon. L’écran tactile monochrome, d’une diagonale de 6 pouces, pourra afficher de nombreux formats multimédias (EPUB, PDF, HTML, JPEG, BMP, PNG, TXT et MP3). Côté connectivité, la FNAC explique que le Fnacbook supportera le WiFi et la connexion 3G. Cette dernière sera d’ailleurs gratuite en France grâce à un accord avec SFR.

Dotée d’une mémoire interne de 2 Go, la liseuse électronique pourra voir sa capacité de stockage renforcée par l’ajout d’une carte mémoire microSD de 16 Go au maximum. De base, la mémoire interne devrait suffire à la majorité des consommateurs. Selon la FNAC, 2 Go de mémoire permettent de stocker pas moins de 2 000 ouvrages.

Alors que la commercialisation de l’appareil débutera véritablement le 10 novembre prochain, la FNAC propose déjà de le pré-commander pour 199 euros. Le Fnacbook embarquera de base cinquante classiques de la littérature, comme Baudelaire (Les Fleurs du Mal), Kafka (La Métamorphose), La Fontaine (Fables), Rousseau (Les Confessions) ou encore Stendhal (Le Rouge et le Noir).

La FNAC espère néanmoins que les clients dépasseront cette offre initiale et iront faire quelques courses sur la boutique numérique de la chaîne française. À l’heure actuelle, le catalogue propose pas moins de 80 000 ouvrages et 750 bandes dessinées. Si l’offre semble moins généreuse que celle d’Amazon, l’ensemble des ouvrages proposés par la FNAC est en langue française. Un atout considérable pour l’enseigne.

L’enseigne devra encore convaincre sur un point. Le prix de vente des ouvrages numérisés. Dans le meilleur des cas, la différence de prix entre la version papier et la version numérique d’un même ouvrage est de 30 %. La réussite du Fnacbook, et plus généralement des livres électroniques en France, dépendra certainement de la capacité de la FNAC à défendre un prix plus bas. À la fois en persuadant les éditeurs et le parlement pour obtenir une TVA réduite sur le livre numérique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés