Conséquence de la décision gouvernementale de relever la TVA sur les offres triple-play, le directeur général d'Orange Stéphane Richard a confirmé la hausse prochaine du prix de ces abonnements. Une augmentation dont le montant exact n'est pas encore connu.

Hier, Christine Lagarde changeait de fusil d’épaule pour justifier l’augmentation de la TVA sur les abonnements triple-play. Après avoir pointé du doigt la Commission européenne, la ministre de l’Economie trouvait une nouvelle explication : la chasse aux niches fiscales. « Nous éliminons des niches inutiles et des niches galopantes, qui coûtent chaque année de plus en plus cher à l’Etat« , en s’attardant sur le cas des offres ADSL.

Interrogé par Le Figaro, le directeur général d’Orange Stéphane Richard a évoqué cette nouvelle taxe qui s’ajoute aux quatre taxes précédentes. « Depuis 2008, le secteur des télécoms supporte déjà quatre nouvelles taxes. En incluant le surplus de TVA, ces taxes coûteront, rien que cette année, près de 900 millions d’euros à Orange ! » a-t-il fustigé, avant de confirmer la répercussion prochaine de cette hausse sur les abonnements triple-play.

« Cette mesure va nous coûter 230 millions d’euros » a-t-il calculé. « Même si nous allons sans doute regagner des parts de marché grâce à nos nouveaux forfaits Open, nous ne pouvons faire un cadeau de cette importance. Je ne vois pas pourquoi ponctionner ainsi dans les ressources de l’entreprise, alors même que nous avons de lourds investissements à faire dans les nouveaux réseaux et dans la mise en œuvre du nouveau contrat social« .

Pour l’heure, Stéphane Richard n’a pas donné d’indications chiffrées sur cette répercussion. Un autre fournisseur d’accès à Internet, Free, a estimé que la nouvelle politique voulue par le gouvernement entrainerait une hausse de 3 euros sur ses abonnements.

Hier, Christine Lagarde avait expliqué que « si les opérateurs répercutaient intégralement, cela représenterait environ 2 euros par facture, mais le contexte actuel de guerre des prix devrait contribuer à limiter cette répercussion« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés