D’aucuns considéreront que c’est un nouveau recul de Google face à l’intransigeance des autorités allemandes. Quoiqu’il en soit, la firme de Mountain View a finalement accepté d’allonger la durée durant laquelle les internautes pourront demander le floutage de leur habitation sur Street View. Ces derniers ont désormais jusqu’au 15 octobre pour se manifester.

Il y a quelques jours, une petite polémique était apparue sur le nombre total de bâtiments concernés par le floutage. Selon le journal Süddeutsche Zeitung, qui s’appuie sur le ministère de la consommation, environ 200 000 bâtiments devraient être concernés. Une donnée contestée par Google, qui a avancé un chiffre n’excédant pas « un nombre à cinq chiffres« , c’est-à-dire moins de 100 000 demandes.

Pour satisfaire les exigences allemandes, Google a mis en ligne un formulaire permettant à chaque individu résidant en Allemagne de marquer son habitation pour floutage. L’utilisateur doit renseigner l’adresse postale de l’habitation concernée afin que Google puisse intervenir. Et pour éviter de masquer un autre bâtiment, Google demande moult détails, notamment au niveau de la façade.

Bien que coopératif, Google n’est pas vraiment ravi. Aux yeux de l’entreprise, la façade d’une habitation n’a rien à voir avec la vie privée. « Il n’y a rien de plus public que l’extérieur des bâtiments » a déclaré Philipp Schindler, le vice-président de Google pour l’Europe du Nord et centrale. La question peut en tout cas se poser pour un service navigation virtuelle. Si de nombreux bâtiments sont masqués, Street View sera-t-il encore intéressant et viable ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés