Selon le Wall Street Journal, c'est Steve Jobs lui-même qui a décidé d'ignorer les problèmes posés par le design de l'antenne de l'iPhone 4.

Non, il n’y a aucun lien entre le départ de Mark Papermaster, l’ancien vice-président en charge de l’iPhone chez Apple, et le fameux « antennagate » géré de manière désastreuse par la firme de Cupertino.

Dimanche, le New York Times a indiqué que Papermaster a quitté la société 15 mois seulement après avoir été débauché d’IBM, où il avait travaillé pendant 25 ans, en raison des problèmes de réception de l’iPhone 4. Le journal ajoutait selon une source proche du dossier, que M. Papermaster avait été « poussé vers la sortie en raison d’une série de problèmes matériels, y compris certains liés à l’iPod Touch« .

Mais le Wall Street Journal modère cette version, et précise qu’en réalité Mark Papermaster avait depuis longtemps perdu la confiance de Steve Jobs, et qu’il serait de toute façon arrivé à Cupertino après la conception de l’antenne de l’iPhone 4. « M. Papermaster ne semblait pas avoir l’esprit créatif exigé par Apple et n’avait pas l’habitude de la culture de l’entreprise, où les directeurs exécutifs doivent avoir la main-mise sur le plus petit niveau de détail et mettre la main à la pâte au lieu de déléguer systématiquement« , explique le journal.

Plus important, le quotidien économique rapporte que « c’est Steve Jobs, plutôt que M. Papermaster, qui a décidé de continuer le développement du téléphone même si la société était au courant des risques du design de conception de l’anntenne depuis déjà un an« . C’est donc le grand patron d’Apple en personne qui aurait décidé d’ignorer les recommandations de ses ingénieurs et de commercialiser l’iPhone 4 malgré les problèmes qui ne manqueraient pas d’apparaître.

Ce qui peut expliquer pourquoi Steve Jobs a si mal géré la communication autour du problème. Il a d’abord accusé ses propres clients de mal tenir leur téléphone, avant de dénoncer le fait que ses concurrents ne font pas mieux, ce qui leur a donné de l’importance sur un marché où Apple veut se démarquer.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés